vendredi , 13 décembre 2019

Quand le président fait planer le doute sur un possible 3è mandat

Le président Alpha Condé sera-t-il candidat pour la troisième fois de suite à l’élection présidentielle de 2020 ? Le doute commence à planer sérieusement. Surtout que l’intéressé, habituellement prompt à trancher certaines questions, a esquissé ce sujet dimanche au cours de sa conférence de presse.

 

La limitation de mandat vous dit quelque chose ? En Guinée la constitution prévoit deux mandats de cinq ans pour le Chef de l’Etat.

 

Réélu en octobre 2015 pour un second et dernier mandat, Alpha Condé a estimé dimanche 15 mai que l’évocation de cette question était un peu trop tôt.

 

« Je ne rentrerai pas dans ces débats de limitation de mandats ou pas. Il y en a qui s’agitent. Qui sera vivant en 2020 qui ne sera pas là. Qui est bon Dieu ? », a-t-il dit, le sourire aux lèvres.

 

Ce qui fait aussi craindre c’est que le Chef de l’Etat a réitéré haut et fort sa volonté de collaborer avec les présidents controversés qui ne cessent de se maintenir au pouvoir par la force de la modification de la constitution.

 

« Je n’ai aucun complexe. Chaque président est libre en fonction de son peuple de faire sa politique. Je n’ai pas à apporter de jugement. Dans un pays ce n’est pas à vous de décider c’est au peuple », a-t-il dit, ajoutant: « personne, personne je dis, ne me dira ce qu’il faut faire. Seul le peuple guinéen me le dira ».

 

Le président guinéen n’éprouve aucun complexe à collaborer avec Paul Kagamé et bien d’autres homologues. Il dit ne pas se préoccuper de ce débat. « Moi, j’ai un programme. Je suis réélu pour 5 ans j’applique d’abord mon programme pour satisfaire le peuple de Guinée. Je ne rentre pas dans ces débats pour savoir si le gars est démocrate ou pas. C’est son problème avec son peuple. Mais s’il a une bonne expérience je tire les leçons de son expérience, pour faire avancer mon pays », a-t-il dit, ajoutant que le Rwanda est un pays extrêmement bien géré.

 

Alpha Condé va-t-il céder à la pression des sirènes révisionnistes déconseillés en décembre par le président de la Cour constitutionnelle Mamadou Sylla ?

 

Par Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*