mardi , 19 mars 2019
Flash info

Alpha Condé met en garde les journalistes occidentaux contre certaines questions

Le président Alpha Condé le dit sans complexe. Il ne lit pas la presse ni n’écoute les radios. Sur internet, ce qu’il consulte, c’est seulement sa page Facebook. Dimanche 15 mai, il a mis en garde les journalistes occidentaux contre certaines questions dont il estime que ceux-ci ne pas pouvoir poser à leurs dirigeants en Europe.

 

Une seule question posée dimanche par la correspondante de RFI en Guinée a suffit pour mettre le Chef de l’Etat guinéen hors de ses gonds.

 

En demandant à Alpha Condé le temps que pourrait prendre la procédure judiciaire enclenchée contre l’ONG Global Witness suite à ses accusations de corruptions en 2010 dans le cadre de sa campagne présidentielle, le président a piqué une colère noire.

 

Après avoir rappelé que son fils n’a rien à voir dans ces accusations, Condé a profité pour régler ses comptes avec des journalistes et cabinets de communications occidentaux.

Extraits…

« Il faut que le gens sachent que je n’accepterai pas que les journalistes occidentaux fassent en Afrique ce qu’ils ne font pas chez eux.
La Guinée est un pays souverain. Je ne l’accepterai pas.  Pouvez-vous poser à Hollande la question de savoir combien de temps va durer le procès contre Sarkozy ? Non madame! Respectez un peu les Etats africains. Je n’accepterai pas que les questions que les journalistes anglaises viennent me poser les questions qu’ils ne peuvent poser à Cameron.


(…) Je ne lis pas les journaux, je n’écoute pas les radios, je ne lis pas internet sauf ma page Facebook (rire). ça ne sert à rien. Depuis que je suis opposant est ce que j’ai poursuivi un journaliste? Il y a des pays démocratiques où on arrête des journalistes et des opposants. Même nos voisins. Mais on n’en parle pas.

Des chefs d’Etats donnent de l’argent à beaucoup de journalistes et ils se taisent. Moi je ne donnerai de l’argent à personne. Pour ma campagne, Je n’ai pas pris un cabinet. Et je ne prendrai pas de cabinet pour faire le lobbying. Je n’ai payé aucun cabinet en France. La dernière fois il y a un cabinet qui a demandé 2 millions. J’ai dit que je n’en ai pas. Il y a un ambassadeur qui m’a dit mais président vos collègues payent 4 millions. Moi je ne payerai personne. Ils n’ont qu’à écrire ce qu’ils veulent. Ça ne m’empêchera pas de dormis, ni de diriger mon pays. Honnêtement, ils peuvent écrire ce qu’ils veulent je ne donnerai pas un centime à une société de communication. Mon seul souci c’est le peuple guinéen et africain. Le reste n’est pas mon problème ».

 

KALOUMPRESSE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*