samedi , 17 août 2019

La Guinée promet tout son soutien pour la construction du barrage de Koukoutamba

La Guinée a abrité mercredi 4 mai une réunion d’information des entreprises soumissionnaires au projet de construction du barrage hydroélectrique de Koukoutamba. L’exercice était conjointement mené par le gouvernement guinéen et l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS).

Dans la journée du mercredi, des sociétés chinoises, indiennes, brésiliennes, américaines et européennes, une vingtaine en tout, qui veulent faire acte de candidature pour la construction du barrage de Koukoutamba ont pris part à une séance d’information et de sensibilisation sur ce projet.

Cette séance d’information intervenait après la visite du site le 30 avril et le 1er mai, organisée toujours par l’OMVS à l’endroit de ces partenaires potentiels.

Ainsi, ces entreprises ont appris que Koukoutamba, situé sur le fleuve Bafing en Guinée, aura une puissance installée de 300 mégawatts. Et que le coût de réalisation de cet ouvrage énergétique est estimé à 800 millions de dollars. Les travaux vont durer trois ans une fois lancés.

Selon l’ancien Premier ministre guinéen Kabiné Komara, actuellement Haut-commissaire de l’OMVS, l’appel d’offre propose deux options dont une relative à un préfinancement de l’entreprise contractante.

En présidant la cérémonie d’ouverture de cette réunion, le Conseiller à la Présidence chargé des questions d’investissements publics-privés, Ibrahima Kassory Fofana, a indiqué que la réalisation du barrage de Koukoutamba, ainsi que celle des autres infrastructures de même nature, permettra aux quatre Etats membres de l’OMVS de bénéficier d’une énergie propre et bon marché. Ce qui, selon lui, contribuera à impulser un développement économique et social dans la sous-région.

« Nous nous engageons à accompagner les différentes étapes de réalisation, en accordant toutes les facilités tant sur le plan sécuritaire, qu’administratif et logistique », a promis Kassory Fofana.

Pour sa part, le Haut-commissaire de l’OMVS a fait savoir que ce projet est bien ficelé et qu’il a bénéficie d’une étude de faisabilité bien approfondie.

« Je voudrais rassurer les investisseurs que ces barrages ont été l’objet d’une étude attentive dans un contexte de schéma directeur de l’ensemble du bassin », a dit Kabiné Komara.

L’Etat guinéen et le Haut-commissariat de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal ont promis au cours de cette réunion d’information de traiter les dossierS dans la transparence et avec une attention soutenue pour tous les soumissionnaires.

On rappelle que l’OMVS a été créée en 1972 par le Mali, la Sénégal et la Mauritanie. La Guinée y a adhéré en 2006. Avec pour mission d’assurer un développement intégré et coordonnée du bassin du fleuve Sénégal, l’OMVS a pu construire deux barrages à savoir Manantali au Mali et Diama au Sénégal. Un troisième barrage sera bientôt lancé au Mali, selon nos informations.

Côté guinéen, Koukoutamba est le premier sur trois que l’organisation ambitionne de réaliser. L’énergie qui sera produite par Koukoutamba sera consommée par la Guinée et les trois autres pays membres de l’OMVS grâce à un réseau de distribution dont le départ est à Manantali.

Par Sériane Théa
+224 622 85 68 59


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*