mercredi , 20 novembre 2019

Le premier ministre éthiopien en visite de travail en Guinée

Le premier ministre de la République Fédérale Démocratique d’Ethiopie, Hailemariam Desalegn Boshe est arrivé samedi, 09 avril 2016, à Conakry en République de Guinée, pour une visite de travail et d’amitié.

Hailemariam Desalegn Boshe a été accueilli tard dans la soirée à l’Aéroport International de Conakry-Gbessia par le chef d’Etat guinéen, Pr Alpha Condé.

Cette visite d’amitié et de travail du premier ministre éthiopien se situe dans le cadre du raffermissement des liens séculaires de coopération entre son pays et la Guinée.

Ainsi, plusieurs activités sont officiellement inscrites dans son programme de séjour à Conakry qui pourrait durer jusqu’à mardi, 12 avril 2016.

Entre autres activités, un tête-à-tête avec le président guinéen, Pr Alpha Condé, des visites sur les îles Rom, au parc conteneurs du Port Autonome de Conakry (PAC), à la Blue zone de Kaloum, à l’Usine de production de farine Tafagui située à Kagbélen dans la préfecture de Dubréka, et la signature des Accords et Mémorandums d’entente dans plusieurs domaines entre la Guinée et l’Ethiopie.

A signaler, que l’économie éthiopienne a connu une décennie de fort développement avec un taux moyen de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) de 10,6 % l’an, selon le gouvernement, et 8 % selon le Fonds Monétaire International (FMI).

Le plan gouvernemental pour la période 2010-2015, appelé le Growth and Transformation Plan (GTP), mis en œuvre de manière méthodique par le premier ministre, Hailemariam Dessalegn est au cœur de cette renaissance de l’économie éthiopienne. Il table sur une croissance de 11 à 12 % contre une moyenne de 7,5/8 % pour le FMI. Un second plan -GTP II- est en cours d’élaboration qui mettra davantage l’accent sur les activités manufacturières.

Contrairement à la Guinée dont les projections dans les dernières années tablaient sur un taux de croissance du PIB réel avoisinant les 5% sur 2013-14, et devant s’accélérer fortement à près de 20% en 2015-16, après le lancement du grand projet d’extraction du minerai de fer de Simandou. Or, la croissance par habitant est devenue légèrement négative en 2013 sous l’effet de la chute des investissements dans le secteur minier et de l’instabilité politique.

«A cause de l’épidémie d’Ebola, la croissance ressort à 1% environ en 2014 et aux alentours de 0% en 2015».

Ce qui résume que la coopération entre la Guinée et l’Ethiopie ne peut être à cet effet, qu’un avantage pour la Guinée dans la mesure où le président Alpha Condé est décidé à faire de son pays, un monde où il fera bon vivre.

 

AGP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*