mardi , 19 mars 2019

Favorable au découplage des élections locales, Kory fait sourire Bakary, énerve l’opposition

Le président de l’Assemblée nationale s’est prononcé mardi 5 avril en faveur du découplage des élections communales et communautaires à venir. De quoi mettre les élus de l’opposition dans une colère noire.

 

L’indignation était lisible sur les visages des députés de l’opposition à la fin de la cérémonie officielle d’ouverture de la session ordinaire de leur institution consacrée à l’adoption des lois.

 

A l’origine de cette grosse colère, les propos du chef du législatif qui, tout en louant les efforts du président de la République et du gouvernement dans le domaines macroéconomique, a suggéré que les élections locales (communales et communautaires) se tiennent séparément.

 

« Depuis l’annonce du chronogramme des élections les avis sont divisés », a introduit le président du Parlement. Avant de poursuivre : « Pour ma part, après mille réflexion, mon avis est de séparer les deux types d’élections en organisant les élections communales en premier », a-t-il ajouté.

 

Poursuivant son discours au milieu de cris de désapprobation venant des rangs de l’opposition, Claude Kory Kondiano, a justifié sa position par le fait que, dit-il, « la seule contrainte majeure juridique pour les élections communales et la détermination du nombre de conseillers communaux ». Alors que, selon lui, il faut un véritable travail de fond pour les scrutins communautaires.

 

Sans doute surpris par cette prise de position du numéro un de l’Assemblée nationale, Bakary Fofana, le président de la Commission électorale nationale indépendante n’a pu trouver mieux que de glisser un sourire.

 

Si la majorité présidentielle, à travers son président Amadou Damaro Camara a estimé que cette position de Kory est « un point de vue » de l’auteur, l’opposition par son président de groupe parlementaire a regretté une sortie déplacée.

 

« Nous sommes en session des lois. On s’attendait à un discours mieux structuré  qui allait dans le sens de la session des lois », a commenté Fodé Oussou Fofana.

 

Pour les Libéraux-démocrates, le président du parlement est allé hors-sujet.

 

« Il (Claude Kory Kondiano, ndlr) a parlé du chronogramme des élections. Il est allé complètement en dehors de son rôle. Et ça, ce n’est pas bien de la part d’un président de l’Assemblée devant le ministre de l’Administration du territoire et du président de la CENI », a-t-il déclaré.

 

D’après Fodé Oussou Fofana, par ailleurs vice-président de l’UFDG, Claude Kory Kondiano devait bien se passer de ce rôle qui n’est pas le sien.Il pense qu’il serait préférable très prochainement de censurer les discours du président de l’Assemblée nationale pour éviter qu’il ne s’éloigne de ses prérogatives devant des diplomates comme ce fut le cas ce 5 avril.

 

Par Elie Ougna


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*