lundi , 22 juillet 2019
Flash info

Six mois de prison ferme pour des officiers militaires à la retraite

Le Tribunal  de Première Instance de Mafanco à Conakry a condamné ce jeudi  24 mars cinq anciens officiers militaires à de la prison ferme. C’est l’épilogue d’une procédure judiciaire qui dure déjà depuis septembre.

 

Poursuivis pour « outrage au Chef de l’Etat, attroupement interdit et diffamation », le Colonel Jean Dougo Guilavogui, le Lieutenant-colonel Jean Bangoura, les Colonels Sékou Kourouma et Souleymane Diallo et le Commandant Sékou Kouyaté ont tous été retenus dans les liens de la culpabilité.

 

Le TPI de Mafanco qui siégeait pour l’occasion en matière pénale a condamné tous ces accusés à 6 mois d’emprisonnement  ferme et au paiement d’une amende d’un million de francs guinéens chacun.

 

Sur l’action civile, après avoir reçu le président de la République Alpha Condé sur la constitution de partie civile a condamné solidairement les prévenus au paiement d’un franc symbolique au titre des dommages et intérêts.

 

Rappelons que ces cinq militaires retraités et veuves qui étaient jugés depuis devant le tribunal de Première instance de Mafanco en banlieue de Conakry ont été interpellés en septembre 2015. Ils venaient d’organiser une marche de protestation pour non paiement des mesures d’accompagnement relatives à leur départ à la retraite. Ils réclament 15.502,94 dollars par personne. Ils ont été mis à la retraite en décembre 2011 dans le cadre de la réforme des déforces de défense et de sécurité engagée les autorités guinéennes.

 

A l’annonce du verdict ce jeudi, l’avocat des accusés a déploré une décision injuste et a promis de faire appel de la décision.

 

« Nous sommes face à une décision qui ne correspond pas  à la disposition légale dans notre pays », a commenté Me Thierno Souleymane Baldé, rappelant que  tous les délits par voie de presse en Guinée ne doivent plus faire l’objet d’emprisonnement après la dépénalisation de ces délits.

 

« Nous allons faire appel dans les prochains jours pour demander l’infirmation de la décision et au niveau de la Cour d’appel pour arrêt qui nous innocente », a-t-il dit.

Sériane Théa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*