dimanche , 24 mars 2019

Le député Ousmane Gaoual Diallo défie le ministre Cheick Sacko

L’escalade verbale entre Ousmane Gaoual Diallo et le ministre de la Justice Me Cheick Sacko se poursuit. Le député vient de répliquer aux propos du Garde des sceaux qui l’a  menacé récemment de demander la levée de son immunité parlementaire.

 

Selon l’élu UFDG de Gaoual, le ministre a poussé les pions un peu plus loin en menaçant de saisir le bureau de l’Assemblée nationale pour lever son bouclier. Par voie de presse, il a confié que celui-ci doit éviter d’agir comme s’il était la Justice.

 

Dans une interview à Guineematin.com, le député rappelle au Garde des sceaux qu’il est loin d’être un délinquant. « Il doit savoir qu’il ne parle pas d’un délinquant, mais d’un député qui est investi par le peuple au même titre que le président de la République », rappelle-t-il en parlant du ministre de la Justice et Garde des sceaux Cheick Sacko.

 

« Donc il ne peut pas poursuivre un citoyen, moins qu’un député de la République. Il ne peut que saisir le Procureur de la République, qui va décider de poursuivre ou non tel ou tel individu. Donc il n’a ni le pouvoir, ni les moyens de lever mon immunité parlementaire », coupe-t-il court.

 

Le jeune député sort ainsi de ses réserves quatre jours après un droit de réponse signé du ministre. Dans ce droit de réponse il menaçait de faire perdre au député son immunité parlementaire s’il continuait à critiquer par voie de presse les décisions judiciaires.

 

« Monsieur le député peut (c’est son droit) jeter l’opprobre sur la Justice guinéenne, mais en attaquant publiquement et par voie de presse une décision de justice, Monsieur le député sort de son rôle d’élu du peuple et enfreint à la séparation des pouvoirs entre le législatif et le judiciaire », a souligné Me Sacko dans sa réponse écrite le 7 mars.

Quelques jours plutôt, l’élu du parti de l’opposition ne s’était pas montré tendre après le verdict dans le procès du général Nouhou Thiam et compagnons arrêtés suite à l’attaque contre la résidence d’Alpha Condé en 2011. Les six coaccusés condamnés à la peine passée en prison, M. Diallo avait parlé d’une décision « honteuse » et « déplorable » prise par une Justice guinéenne manipulée par le pouvoir.

Tout en rappelant que le parlementaire avait été condamné à 18 mois de prison avec sursis dans une affaire l’opposant un opérateur économique, le ministre l’a invité à se taire. « Je me réserve la possibilité de saisir le bureau de l’Assemblée Nationale pour demander la levée de son immunité parlementaire s’il continue à attaquer publiquement et par voie de presse les décisions de Justice ».

 

En réagissant au micro de Guineematin.com, Ousmane Gaoual Diallo estime que les déclarations du ministre « affaiblissent » la Justice guinéenne.

 

Par Elie Ougna

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*