vendredi , 16 novembre 2018

8 Mars 2016 : la guinéenne à l’honneur

La Guinée a commémoré ce mardi 8 mars, à l’instar de la communauté internationale, la Journée internationale de la femme. Placée sous le thème : « Planète 50-50 d’ici 2030 franchissons le pas pour l’égalité des sexes », la célébration de cette année s’est déroulée dans la Salle des Congrès du Palais du Peuple.

 

Le président de la République a tenu à marquer de sa présence l’édition 2016 de la Journée internationale dédiée à la femme. Étaient également présent dans ce mythique salle du Palais du peuple, la Première Dame Condé Djèné, le Premier Ministre Mamady Youla, la Ministre des affaires étrangères du Rwanda, les Membres du Gouvernement, les représentants de la communauté internationale, la société civile, le secteur privé, et les associations féminines de Conakry.

La ministre de l’Action sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance, Sanaba Kaba, a rappelé à cette occasion que cette commémoration intervient au moment où le sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine a déclaré 2016 « Année de l’autonomisation des femmes et du développement en vue de la réalisation de l’Agenda 2063 et l’Afrique ».

Cet agenda, a-t-elle dit, s’inscrit dans le cadre de la vision de la communauté internationale projetée à l’horizon 2030 pour la réalisation des objectifs du Développement Durable du monde (ODD). Lesquels objectifs visent aussi « l’Autonomisation sociale, juridique, économique, politique et culturelle de la femme ».

La ministre de l’Action sociale a rappelé les acquis enregistrés depuis l’arrivée à la tête de l’Etat du président Alpha Condé. Elle a cité dans ce registre la gratuité de la césarienne, la réhabilitation de centre d’autonomisation des femmes et la mutuelle financière des femmes africaines qui ont permis à 13 000 femmes de disposer et de renforcer leurs activités génératrices de revenus.

Pour sa part, la Coordinatrice nationale du Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP), Fatoumata Morgan,  a plaidé pour plus d’implication des femmes dans les processus de prise de décision en Guinée.

Elle a en outre plaidé pour une  »reconnaisse » de la contribution « inestimable » des femmes du secteur informel  et des ménages dans le développement national, ainsi que celles des organisations féminines dans la stabilité politique du pays.

Il faut souligner que la Guinée célèbre cette Journée internationale de la femme dans un contexte marqué par une recrudescence des cas de viols, d’excisions et de mariages précoces.

C’est pourquoi la Coordinatrice du REFMAP a souhaité que les instruments juridiques en faveur de la promotion et de la protection des droits des femmes soient réellement respectés et appliqués. Et surtout que les présumés auteurs de viols et toutes formes de violences basées sur le genre soient traduits en justice et punis à la hauteur de leurs forfaitures.

Enfin, elle a lancé un plaidoyer pour la nomination des femmes et des jeunes au niveau des secrétariats généraux, cabinets, directions nationales, gouvernorats, préfectures ainsi que dans les représentations diplomatiques.

De son côté, la Coordinatrice par intérim du Système des Nation-unies en Guinée, Élisabeth  Faure, a souligné la spécificité de cette Journée Internationale de la femme. Une particularité liée entre autres, selon la Représentante du PAM en Guinée, à l’existence de 7 femmes ministres au sein de l’actuel gouvernement.

Au nom du SNU, Mme Faure a réaffirmé l’engagement de son institution à « accompagner » la Guinée dans la consolidation des acquis enregistrés ces dernières années en matière de promotion et de protection des droits de la femme.

 

En s’adressant aux guinéennes, le président Alpha Condé à quant à lui reconnu les conditions de vie et de travail difficiles dans lesquelles elles évoluent.

 

Toutefois, il a souligné qu’avec la fin d’Ebola, la Guinée se releve avec le retour progressif des hommes d’affaires. « Femmes de Guinée, je suis heureux de vous dire d’avoir confiance. La Guinée va reprendre sa marche », a-t-il promis.

 

Comme pour dire qu’il accorde de l’importance à la gent féminine, le Chef de l’Etat a dit avoir accordé les postes ministériels les plus importants aux femmes. « Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Elles sont 52%. Ce sont elles qui connaissent les conditions de vie des populations et qui ont pitié », a-t-il magnifié.

 

La ministre des Affaires Étrangères du Rwanda Louise Mushikiwabo a remis au Président Alpha Condé une distinction de reconnaissance et d’encouragement pour son engagement en faveur de l’autonomisation des femmes Guinéennes.

 

La fête s’est déroulée dans une ambiance festive, sur fond de pas de danse, d’animation culturelle, de témoignages de femmes modèles vivant avec un handicap et des échanges entre femmes leaders.

 

Par Sériane Théa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*