mercredi , 20 février 2019

Sidya Touré à l’épreuve du pouvoir

Sidya Touré, Haut Représentant du président de la République fait désormais face aux réalités du pouvoir même s’il n’y est pas totalement étranger avec son passage à la Primature. Bombardé à ce poste aux contours et aux missions moins précis, samedi 2 janvier, l’opposant devenu allié sûr d’Alpha Condé n’a pu éviter à la Guinée la grève générale illimitée du couple syndical CNTG-USTG.

 

Dans l’opposition, c’est sûr qu’il aurait soutenu l’idée de la grève pour exiger une baisse du prix du litre du carburant à la pompe comme dans certains pays environnants. Mais dans les bras du pouvoir, le président de l’UFR et candidat malheureux à l’élection présidentielle d’octobre dernier, Sidya Touré, a mouillé le maillot pour désamorcer la crise. En vain !

Appelé à la rescousse ce weekend pour négocier avec les syndicalistes, Sidya Touré, n’a finalement pu faire mieux que le Premier ministre Mamady Youla, les religieux, les sages, le Conseil économique et sociale et le patronat. Il s’est heurté à un refus catégorique (mais poli) des centrales syndicales qui exigent une baisse à la pompe avant de lever le mot d’ordre de grève.

Les démarches de l’ancien opposant au régime d’Alpha Condé visant à faire fléchir les deux centrales syndicales n’ont donc pas abouti. Démarche quelques peu surprenantes pour qui sait qu’il y a moins de cinq ans, avant l’élection présidentielle, il reprochait à ce même pouvoir de causer la dégradation des conditions de vie des guinéens.

Selon nos informations le Haut Représentant du Chef de l’Etat convoque les mêmes syndicalistes à un second round de négociations autour de leurs revendications. Réussira-t-il cette fois ? C’est là toute la question.

 

Kaloupresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*