vendredi , 22 février 2019

UFDG : quand Bah Oury s’autoproclame leader de l’unité

Le premier discours du vice-président de l’UFDG, à son arrivée à Conakry dimanche 24 janvier devant les militants de l’UFDG, aura été un sévère réquisitoire à l’encontre les dirigeants du parti restés au pays.

 

L’ancien exilé Bah Oury s’est posé comme un « leader de l’unité ». Celui-là même qui est venu pour redonner au parti sa force et son unité d’antan.

Comme premier reproche, Bah Oury, affiche sa surprise suite au revirement de certains proches. Et il a clairement signifié cela lors de son discours tenu au siège de l’UFDG. « Après quatre années et demie d’exil, j’ai beaucoup vu. J’ai beaucoup entendu. J’ai beaucoup appris et j’ai beaucoup vu de reniement d’amitié. J’ai beaucoup vu de traitrises ».

Il a aussi remercié les militants pour leur sens de responsabilité. Des militants qui ont refusé un bain de sang au lendemain de l’élection présidentielle du 11 octobre. Pour lui, il est temps que la politique soit réhabilitée. Et c’est là qu’il compte jouer un rôle important. « Il faut que la politique soit réhabilitée. La politique, c’est l’intérêt des populations, c’est l’intérêt national. Ce n’est pas seulement une ambition personnelle. Une ambition personnelle au-dessus de l’intérêt national devient une dictature’’. Qui est animé d’ambitions personnelles au détriment de l’intérêt collectif du parti ? Surement que nous le saurons bientôt.

Le vice-président de l’UFDG dit avoir tendu la main à plusieurs compétences comme Cellou Dalein Diallo, Saliou Bella Diallo et Bah Mamadou pour bâtir la maison UFDG. Cela, parce qu’il privilégie la cause commune à celle personnelle. Selon lui personne n’est mieux placée pour lui donne des leçons. « Qui peut me parler d’unité ? ». Et Bah Oury de répondre lui-même : « Je suis l’incarnation d’une dynamique d’unité qui a fait de l’UFDG ce qu’elle est aujourd’hui. Qui peut parler d’unité lorsque Mamadou Barry a été exclu de l’UFDG ? Je dis et je répète. Je suis l’incarnation de l’Unité. L’unité signifie qu’il y ait loyauté, la solidarité. Qu’il y ait l’abnégation devant l’intérêt supérieur du parti tout entier’’.

En ce moment du discours, certains militants de l’UFDG appellent à l’unité. « Unité ! Unité ! Unité ! Scandent-ils. Des supporters visiblement acquis à la cause de Cellou Dalein Diallo décident de le huer.

Mais sans se laisser distraire, connaissant le contenu de son discours, Bah Oury poursuit ses propos. Il promet de livrer une guerre sans merci aux ennemies du parti. Ceux-là qui insultent les militants. « Je jure que les calomnies, les mensonges qui sont dans nos rangs, vont dans le sens de la destruction de l’unité et ceux qui font ça jouent contre l’unité de l’UFDG. Ceux qui insultent les militants et des responsables de l’UFDG, ceux qui racontent des mensonges et du n’importe quoi contre un ou des dirigeants de l’UFDG vont dans le sens de la désunion de l’UFDG. Ce sont des ennemies de l’UFDG ».

 

C’est dans cette atmosphère chaleureuse, marquée par des accrochages temporaires entre bodyguards de « l’étranger » et ceux du président du parti Cellou Dalein Diallo, que cet accueil mouvementé prendra fin.

 

Par Élie Ougna

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*