mercredi , 11 décembre 2019

Le pape François au Kenya :  »à vrai dire j’ai davantage peur des moustiques »

Le pape François est arrivé mercredi à Nairobi, la capitale du Kenya, où il débute la première tournée de son pontificat en Afrique et où il a été accueilli par un choeur de chant et des danseurs, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le pape se rendra ensuite en Ouganda (27-29 novembre) et en République centrafricaine (29-30). Tout au long de cette tournée, il devrait plaider pour la justice sociale, la protection de l’environnement, la paix et le dialogue interreligieux.

Les autorités ont déployé quelque 10.000 hommes pour assurer la sécurité à Nairobi et les routes empruntées par le convoi du souverain pontife ont été fermées, alors que des inquiétudes pèsent sur la sécurité entourant ce voyage.

Le Kenya et l’Ouganda, qui fournissent un contingent militaire à la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), sont des cibles privilégiées des islamistes somaliens shebab liés à Al-Qaïda.

Mais à un journaliste qui lui demandait dans l’avion s’il était nerveux, le pape argentin, qui n’avait encore jamais mis le pied de sa vie en Afrique, a répondu en souriant: A vrai dire j’ai davantage peur des moustiques!.

A Nairobi, le pape sera reçu par le président Uhuru Kenyatta, en présence de toute la classe dirigeante. Ce sera pour François l’occasion d’un premier discours, en anglais, dans lequel il devrait dénoncer la corruption et l’écart entre riches et pauvres, maux endémiques du Kenya, pays dont un tiers de la population est catholique.

Jeudi, décrété journée nationale fériée de prière et de réflexion au Kenya, il présidera une rencontre oecuménique et interreligieuse, dans un pays comptant également de nombreux musulmans et protestants, avant de se rendre au siège de l’agence de l’ONU pour l’environnement pour évoquer les enjeux de la conférence de Paris sur le climat (COP21), qui s’ouvre lundi.

Il se rendra vendredi dans le bidonville de Kangemi, en périphérie de Nairobi, où il s’adressera aux mouvements populaires, chrétiens et non chrétiens, pour leur recommander d’organiser ensemble la défense pacifique des pauvres contre toutes les formes d’exploitation.

AFP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*