mercredi , 22 mai 2019

Kissidougou : Comment accroître le rendement des agriculteurs ?

Un atelier de transfert de technique de « géo- labour » en milieu paysan a été organisé, lundi, 16 novembre 2015, à l’Institut Biblique de Télékoro dans la préfecture de Kissidougou, par une équipe de chercheurs,  rapporte le correspondant de l’AGP dans la localité.

Cette technique, une innovation culturale, est l’un des résultats de recherches de l’Institut Supérieur Agronomique et Vétérinaire (ISAV) de Faranah.

L’atelier a pour objectif, la vulgarisation de cette nouvelle technique d’opération culturale en milieu paysan. Il vise le transfert de cette technique à milieu paysan.

Selon le chef de l’équipe des chercheurs, Pr.  Makan  Kourouma, enseignant chercheur à l’ISAV de Faranah, la recherche sur géo-labour, qui a démarré en 2008 et donné de bons résultats, s’inscrit dans le cadre du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (WW AAPP/PPAAO).

Les paysans leaders et les agronomes ont ainsi suivi les communications sur l’agriculture intelligente face au climat, dont l’une des phases est le géo-labour, présenté par Makan Kourouma en vue de mettre en relief la nécessité de connaître l’agriculture intelligente et contribuer à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) ; la définition du concept intégrant les trois dimensions du développement durable, économique social et environnemental, les avantages de la technique ; l’augmentation durable de la productivité et des revenus agricoles ; la réduction des émissions de gaz  à effet de serre.

Le second thème présenté par Toma Lazare Tolno, était axé sur ‘’la pratique de géo-labour’’, définition des termes ‘’agriculture durable’’, ‘’géo-labour’’, ‘’pratique proprement dite de géo-labour’’, ‘’fiche technique pour l’application de géo-labour en riziculture’’.

Le thème 3, ‘’utilisation des herbicides dans le géo-labour’’, présenté par Sory Condé, ingénieur agronome en Protection des Végétaux, assistant à l’ISAV, ‘’précautions à prendre dans le cadre de l’utilisation des herbicides avant, pendant et après le traitement’’ ; ‘’transport, conservation et commercialisation des pesticides.

L’atelier a pris fin par la visite des parcelles-témoins, mises en place par Toma Lazare Tolno, ingénieur agronome, responsable du volet agricole de l’Institut Biblique de Télékoro. Des parcelles de labour et des parcelles d’opération culturale traditionnelle. Constat : le riz de la parcelle de géo-labour a bien réussi. Ce qui a convaincu les participants à adhérer  d’ores et déjà à la pratique de géo- labour.

AGP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*