lundi , 23 septembre 2019

Bah Oury rappelle quelques leçons démocratiques à Fodé Oussou Fofana

L’Union des forces démocratiques de Guinée -UFDG- est véritablement au bord de l’implosion. Depuis la défaite de son candidat Cellou Dalein Diallo à l’élection présidentielle du 11 octobre, il ne se passe plus un jour sans que le camp du président Cellou Dalein Diallo et celui du vice-président Bah Oury ne lancent des piques par médias interposés ou via les réseaux sociaux.

 

Le dernier clash en date remonte à ce lundi 9 novembre. L’équipe de communication du Vice-président a en effet pris soin de rappeler au directeur de campagne Fodé Oussou Fofana quelques principes démocratiques qui doivent régir leur parti commun.

 

Dans un communiqué posté sur la page Facebook de Bah Oury, elle fustige vertement ce qu’elle appelle une « dérive dictatoriale inquiétante ». Le cellule de com’ souligne que si élever la voix, émettre un avis contradictoire et demander des réformes après trois échecs successifs à des élections non de moindre importance, doivent valoir à son auteur une exclusion en tant que perturbateur, il y a lieu de s’interroger sur l’avenir démocratique d’une telle institution politique.

 

Ce petit rappel à l’ordre intervient après l’Assemblée générale ordinaire du parti tenue le samedi 7 novembre. Ce jour, le meeting alors présidé par le  Dr Fodé Oussou Fofana avait carrément tourné à une véritable menace à l’endroit des voix discordantes qui se font entendre au sein de la plus grande formation politique d’opposition en Guinée.

 

Il avait prévenu que la direction nationale de l’UFDG prendra toutes ses responsabilité. Et que tous ceux qui ne veulent pas l’UFDG peuvent dorénavant partir chez Alpha Condé.

 

« La porte est grandement ouverte. Nous le disons ici clairement. La direction nationale du parti (UFDG, ndlr) ne tolérera pas d’indiscipline au sein du parti », avait lancé le Dr Fofana, ovationné par les dizaines de militants qui ont fait le déplacement. « Et Cela doit être valable pas pour les militants seulement. Mais pour tous les responsables aussi. De la base au sommet, qui que ce soit, quelle que soit la fonction que tu occupes, si tu ne respectes pas le règlement intérieur et les statuts du parti, nous te mettrons dehors. Tu iras chez monsieur Alpha Condé ».

 

Pour le groupe de Bah Oury ces menaces sont contraires à l’esprit qui se veut que les grandes institutions acceptent et encouragent le débat et les contradictions internes.  « Aujourd’hui, nous sommes au regret de constater qu’il y a un petit groupe à l’UFDG qui étouffe tout esprit critique en prenant tout le parti en otage », affirme la cellule de communication du vice-président. »Ils doivent savoir que l’heure est venue d’accepter les réalités en face, de poser les vrais problèmes et d’ouvrir le débat », dit-elle. Et de menacer clairement en ces termes: « La dynamique en cours visant la refondation du parti ne faiblira point. Que cela soit entendu et compris par tous ceux qui veulent maintenir le statu quo ».

 

Par Mamady Fofana

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*