lundi , 19 août 2019

Alpha Condé comme nous l’attendons !

Avis de tempête pour les amateurs du communautarisme et du régionalisme au sommet de l’Etat. Pour sa première sortie après l’élection présidentielle qui a consacré sa réélection (résultats provisoires) le président Alpha Condé a fait le portrait-robot de sa gouvernance pendant le prochain quinquennat.

 

L’assemblée générale ordinaire du RPG Arc-en-ciel du samedi 24 octobre restera dans les mémoires. Alors qu’elle se tenait deux semaines seulement après le scrutin présidentiel, elle a été marquée par la présence du candidat réélu Alpha Condé. Celui-ci, dans un franc-parler suscitant de l’espoir chez tout bon guinéen a invité ses militants à tendre la main à tout le monde pour la construction du pays. « Levez-vous pour travailler. Tendez la main à tout le monde, même à ceux qui n’ont pas voté pour nous », a-t-il conseillé.

Mais ce qui est surtout émouvant dans son intervention, c’est lorsque Alpha Condé a prévenu ceux qui affichent leur appétit pour différents postes ministériels. On le sait. Au cours de son premier quinquennat, Alpha Condé a donnés l’impression que certains postes ministériels reviennent d’office à des régions ou préfectures. Mais le weekend dernier, il a prévenu que cette fois  les choses se feront autrement. N’en déplaisent, selon lui, à ceux qui consultent d’ores et déjà « des marabouts » ou se livrent à des « sacrifices bizarres ».

Alternant français, maninka et soussou, le candidat réélu a invité les militants à rester tranquille. « Laissez-les. Moi je crois en Dieu. Le marabout ou le féticheur ne peut rien contre moi. »

Plus loin, il dit avoir suffisamment de temps pour désigner son équipe. Une équipe qui sera, d’après lui, constituée sur la base des compétences.
« On vous dit que le président veut faire de celui-ci ou celui-là Premier ministre. Qui sais ce que je pense ? Moi je n’ai pas de confident. Il n’y a personne en qui je peux me confier. Le vote est fini. Maintenant, nous sommes entre guinéens.  L’investiture c’est le 21 décembre. J’ai deux mois pour réfléchir. Arrêtez de vous faire souffrir. C’est moi qui fait la politique. C’est pas vous. Suivez-mois, c’est moi qui sais ce qu’il faut faire. Que chacun se calme. celui qui sera Premier ministre ou ministre, le moment n’est pas arrivé d’abord ».

Alpha Condé a donné l’impression d’avoir entendu les cris de la majorité de ses concitoyens. Ces guinéens qui s’attendaient depuis 2010 à un chef d’Etat qui privilégie des dirigeants technocrates, exemplaires et respectueux de la chose publique.

Plus que jamais, la Guinée s’attend à profond changement. Son président doit marquer positivement son passage à la tête de la Guinée. Cela, à travers un dialogue franc avec la classe politique, une réconciliation sincère et de grands chantiers pour son développement socio-économique. Plus question de nommer des  fonctionnaires sur la base des régions ou des ethnies. Plus besoin de s’embourber dans des calculs électoralistes.

Et le moins que l’on puisse dire est que le chef de l’Etat semble avoir compris cette nécessité. D’autant qu’il a donné de l’espoir. L’espoir que son second mandat à la tête de la Guinée sera différent. Et c’est ce que nous attendons de lui depuis déjà cinq ans.

Par Mamady Fofana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*