vendredi , 19 octobre 2018

Violences post-électorales:  »La Cour pénale internationale pourrait intervenir », selon le garde des Sceaux Cheick Sacko

Le ministre guinéen de la justice Me Cheick Sacko a mis en garde mardi contre toutes formes de violences post-électorales qui selon lui pourraient être poursuivies par le tribunaux locaux ou la Cour pénale internationale.

 

Le garde des sceaux a fait cette annonce dans une intervention télévisée au journal de 20h 30.

Me Sacko qui est également le président du cadre de dialogue entre l’opposition et la mouvance présidentielle a rappelé que « toute contestation partielle ou totale des élections doit se faire à travers les procédures légales ».

Pour étayer ses propos le ministre de la justice a rappelé le cas du voisin ivoirien dont la crise post-électorale a conduit à l’arrestation et au transfèrement devant les tribunaux internationaux de certains acteurs politiques.

Cette sortie du ministre fait suite à quelques remous signalés du côté de Bambéto et Coza, où des manifestants proches de l’opposant Cellou Dalein Diallo ont investi les rues.

A rappeler que les partis politiques adverses au président sortant Alpha Condé ont dénoncé « des fraudes massives à l’occasion du scrutin » et ont par conséquent demandé l’annulation et la reprise du vote.

Alpha Camara
Gatineau, CANADA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*