vendredi , 13 décembre 2019

Audience : le Secrétaire général de l’OUSA rend visite à Guicopres

Mercredi, 26 aout 2015 — M. Kerfalla Camara  »KPC » a reçu, dans l’après-midi, une visite de courtoise de M. Arezki Mezhoud, Secrétaire général de l’Organisation  de l’unité syndicale africaine (OUSA), accompagné par Amadou Diallo Secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG).

 

En sa qualité de Premier vice-président chargé de l’international au sein de la Confédération patronale des entreprises de Guinée (CPEG), M. Kerfalla Camara était entouré de ses proches collaborateurs.

A l’entame, M. Amadou Diallo Secrétaire général de la CNTG décline le cadre de la visite de l’hôte de marque. En plus du soutien de solidarité manifesté par l’OUSA,  M. Arezki Mezhoud, de nationalité Algérienne, est venu s’enquérir physiquement des réalités de la prévalence. Egalement, il s’est agi de rendre visite au gouvernent et au patronat dans le cadre tripartite.

M. Arezki Mezhoud se dit impressionné par la qualité de l’accueil qui, selon lui, dénote que les rapports entre les différents acteurs sociaux sont excellents. « C’est déjà un premier signe du fonctionnement du dialogue social qui se porte bien », soutient-il.

Il a par ailleurs renouvelé ses félicitations au vice-président du CPEG, en la personne de M. Kerfalla CAMARA KPC, en tant que représentant d’une organisation syndicale panafricaine qui est fondée en 1963 à Addis-Abeba. Il a également rappelé le rôle majeur que la Guinée a joué à travers M. Lanciné Sylla, premier président de cette organisation, Lélouma Diallo et Hadja Rabiatou Diallo. Selon lui, l’OUSA compte plus de 70 organisations syndicales nationales affiliées dans 54 pays du continent africain.

« Pour nous, le patronat africain en général a un grand rôle à jouer en matière de développement parce que nous considérons que l’Afrique ne peut pas être développée à partir de l’extérieur. Cela n’exclut pas un partenariat gagnant-gagnant, mais nous avons toujours considérés que le noyau ou le point d’appui du développement c’est d’abord les acteurs africains. Nous, représentants des travailleurs, considérons que la force du travail à un rôle important à jouer dans le développement des pays africains, c’est pour cela que nous avons toujours promu le dialogue social comme un instrument de gestion qui permet une gestion équilibrée des intérêts au niveau de la société. Il est aussi un moyen qui assure la paix sociale. Nous considérons que la paix est une condition sine qua non pour le développement d’un pays », rajoute-t-il.

A propos de la crise sanitaire, il n’y est pas allé avec du dos de la cuillère. « Nous demandons à la communauté internationale, aux syndicats, à la société civile et au gouvernement d’exprimer plus de solidarité concrète et de ne pas mettre en quarantaine une partie de l’Afrique qui a besoin de nous », martèle-t-il.

Pour sa part, Kerfalla Camara, PDG du Groupe Guicopres a, au nom de la CPEG, exprimé ses sincères remerciements pour les marques de sympathie que l’OUSA a manifesté à l’endroit des trois pays touchés par la maladie à virus Ebola.

«la CPEG est le patronat le plus représentatif de la Guinée, de par la qualité des fédérations et des membres. Nous avons représenté la Guinée à travers le monde, cela se manifeste par la signature des conventions de partenariat entre les centrales syndicales de Guinée et notre patronat. Il faut compter sur les ressources humaines africaines pour développer notre continent», insiste-t-il.

Quant à M. Cheick Traoré, conseiller spécial du PDG du Groupe Guicopres, il a fait un aperçu historique sur la création du groupe GUICOPRES devenue un Géant en Afrique, mais qui a également droit  de cité dans le domaine humanitaire. En outre, il a mis en exergue la politique d’insertion de la jeunesse dans le tissu économique sans occulter le rôle que le Groupe joue dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire.


Service Communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*