lundi , 26 août 2019
Flash info

Présidentielle d’octobre 2015: L’opposition tire sa dernière cartouche …(Top Sylla)

 

La date du 11 octobre 2015 pour le premier tour du vote est fixée par un décret, la caution à verser connue, la période pour le dépôt des candidature déterminée, bref, nous sommes bien partis pour les élections présidentielles conformément au chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

 

 

 

Alors qu’aucune des principales exigences de l’opposition n’a été satisfaite (recomposition de la CENI, organisation des élections locales avant les présidentielles, etc.), à quoi devrait-on s’attendre de la part des leaders de cette dernière ?

 

 

 

Rien de nouveau.

 

 

 

Même si après le coup de massue reçu par sa figure de proue, l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, à travers l’arrestation d’un de ses députés pour une banale histoire de « coups et blessures », elle semble avoir du mal à reprendre ses esprits. C’est à se demander si, en définitive, la mésaventure que vit Ousmane Gaoual Diallo n’est pas une diversion orchestrée juste pour occuper Cellou Dalein et ses ouailles le temps d’entériner la date du 11 octobre.

 

 

 

Et comme pour en rajouter au désarroi, les fissures que l’on essayait de colmater refont surface, notamment dans les relations entre l’UFDG et l’UFR de Sidya Touré. En atteste le refus de ce dernier de s’associer à la « ville morte » décidée par l’opposition (ou l’UFDG ?) mercredi dernier (hier), en guise de solidarité avec le député incriminé.

 

 

 

Maintenant que la machine est mise en branle, l’opposition se retrouve le dos au mur. Avec comme unique cartouche, dans la guerre qu’elle devra engager contre tout et tout le monde (CENI, administration territoriale, communauté internationale, majorité, etc.), les marches de protestation. La première de la série est prévue la semaine prochaine (17 août).

 

 

 

Une interrogation. Cela suffira-t-il pour avoir gain de cause ? Rien n’est moins sûr.

 

 

 

Depuis un certain temps, ces marches ont montré leurs limites et la lassitude commence à gagner les rangs de l’UFDG qui en paye le plus lourd tribut. Surtout qu’au-delà, c’est le doute qui commence à
s’installer dans les esprits à moins de deux mois des élections.

 

 

 

Dans les jours à venir, il ne serait pas surprenant que certains partis de l’opposition dite républicaine décident d’abandonner les manifs de rue pour laisser pratiquement l’UFDG seul face à la répression.

 

 

 

Maintenant que l’affaire semble pliée, les menaces et autres marches que brandissent Cellou Dalein Diallo et son parti font plutôt penser à un baroud d’honneur. Un combat désespéré pour sauver l’honneur mais qui, inéluctablement, se soldera par une défaite.
Après avoir longtemps redouté le piège du fait accompli, ils ont fini quand même par tomber dedans. »Il en est des défauts comme des phares des automobiles : seuls ceux des autres nous aveuglent » (Maurice Druon. Sacrée opposition guinéenne !

 

 

 

Top Sylla

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*