dimanche , 20 octobre 2019

Gaoual au gnouf : l’UFDG dénonce une instrumentalisation de la justice

L’Union des forces démocratiques de Guinée, comme il fallait s’y attendre, a publié mercredi une déclaration dans laquelle il parle d’une instrumentalisation de la Justice dans le but de neutraliser un adversaire politique dans l’affaire Ousmane Gaoual Diallo. Du nom du député uninominal de Gaoual, en prison depuis lundi, pour « coups et blessures volontaires ».

DÉCLARATION

La Direction Nationale de l’UFDG a suivi avec la plus grande indignation le déroulement de la procédure théâtrale orchestrée par les autorités dans le traitement de l’incident opposant l’Honorable Ousmane Gaoual Diallo et M. Mamadou Diouldé Diallo, PDG de Tané Corporation.

En effet, le lundi 10 août 2015, M. Ousmane Gaoual Diallo a décidé, de son propre chef, de se présenter aux autorités judiciaires, sans qu’aucune convocation régulière ne lui ait été notifiée.

Au cours de cette journée, le Député de la République, accompagné de ses avocats, a été successivement trimbalé avec un impressionnant cortège de la Gendarmerie devant le Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Mafanco et à la Brigade d’Investigation de la Gendarmerie de Matam, avant de se voir inculpé pour coups et blessures volontaires.

Nonobstant les dispositions combinées de l’Article 142 du Code de Procédure Pénale fixant les conditions de la détention préventive et de l’Article 65 de la Constitution relatif à l’immunité des Députés ; un mandat de dépôt a été illégalement délivré contre le Député Ousmane Gaoual DIALLO.
En outre, les dispositions de l’Article 50 du Code Pénale et des Articles 386 et 387 du Code de Procédure Pénale relatifs à la procédure de flagrant délit n’ont pas été respectées.

De ce qui précède, il apparaît clairement que notre justice est instrumentalisée dans le but de neutraliser physiquement et politiquement un adversaire politique, l’Honorable Ousmane Gaoual DIALLO. En effet, l’infraction imputée au Député ne justifie pas sa détention préventive dans la mesure où les conditions définies par l’Article 142 du Code de Procédure Pénale ne sont manifestement pas réunies. En plus, il ne constitue pas une menace pour l’ordre public, la vie des personnes et/ou des institutions et encore moins pour le plaignant qui a reçu et accepté les excuses de sa famille biologique et de la Direction Nationale de l’UFDG.

Face à cette situation, l’UFDG :

exige la suspension, sans délais, de la détention préventive de notre militant et rend responsable le Gouvernement pour toute atteinte à la sécurité physique et à la santé de l’Honorable Ousmane Gaoual DIALLO ;
invite tous les militants et sympathisants de notre Parti et de l’Opposition Républicaine à soutenir de toutes leurs forces le Député Ousmane Gaoual DIALLO ;
lance un appel pressant à la société civile, aux organisations syndicales, aux Chefs religieux, aux ONG des Droits de l’Homme, aux Institutions Républicaines et  à la Communauté Internationale afin qu’ils s’impliquent pour un règlement de cette affaire et au-delà, pour l’arrêt du déchainement de la haine politique qui menace la paix et la stabilité de la Guinée.

Enfin, la Direction Nationale de l’UFDG demande à ses militants et sympathisants d’observer une journée ville morte ce mercredi 12 août 2015 en solidarité avec l’Honorable Ousmane Gaoual Diallo privé de ses droits et libertés.

LA DIRECTION NATIONALE DE L’UFDG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*