vendredi , 15 novembre 2019

Le congrès de l’AGEPI se termine dans un cafouillage

Coups de poing sur les tables, bouteilles de coca cola renversées sur le présidium, des directeurs de publication qui ont failli en venir aux mains. Le congrès électif de l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI) qui se déroulait vendredi à la Haute Autorité de la Communication, à Conakry, a été suspendu suite à un cafouillage généralisé.

 

A l’occasion de ce congrès, les deux candidats en lice, Moussa Iboun Conté et Ibrahima Sory Bah dit Marco, avaient signé (en aparté) un protocole d’accord dans lequel ils acceptent par « consensus » de respecter la composition du bureau faite par un Comité de veille mis en place à cet effet. Le bureau de sept membres pour un mandat de cinq ans, tel que élaboré par le Comité de veille, était composé entre autre de Fandjimba Sayon Kéita (Secrétaire à la Formation) et Tawel Camara (Trésorier).

 

Les choses se déroulaient normalement. Jusqu’à ce que le Comité de veille annonce Moussa Iboun Conté comme vice-président de l’AGEPI. Ce qui revenait à dire que Marco est le nouveau président de l’Association. C’est là que tout a dégénéré.

 

Les supporters de Iboun entament alors des protestations contre ce qu’ils appellent « une mascarade ».

 

Surpris par la tournure des évènements, le Comité de veille décide de reporter le congrès au samedi 15 août, cette fois, à la Maison de la presse.

 

Ironie du sort, les journalistes de la presse écrite se donnaient en spectacle devant des travailleurs de la HAC et du Ministère des Droits de l’Homme et des Libertés publiques.

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*