dimanche , 15 décembre 2019

Gandhi tacle l’opposition radicale sur les manifs de rue

L’Union des forces démocratiques de Guinée de Cellou Dalein Diallo brandit de plus en plus la menace de reprendre la rue pour exiger une élection présidentielle transparente. D’autres formations politiques à l’image de l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement de George Gandhi Faraguet Tounkara abordent la question avec beaucoup de recule et de sagesse.

 

On ne parle pas d’une même voix au sein de l’opposition lorsqu’il s’agit des manifestations de rue. L’UGDD présidé par l’ancien ministre de l’enseignement George Gandhi Faraguet Tounkara n’est pas tout à fait chaud pour les manifestations dans la rue. Lesquelles manifestations sont souvent violentes et se soldent par des morts.

 

Le leader de ce part, dans une interview accordée à l’Agence Guinéenne de Presse, reconnait que son parti n’a pas une grande force de mobilisation de rue. « C’est un parti pacifique qui est pour une démocratie apaisée et consensuelle », selon lui.

 

D’après Gandhi, il est souhaitable d’éviter les chocs de rue et les pertes en vie humaine. « Nous avons des enfants, des personnes blessées ou arrêtées et d’autres ayant perdu la vie dans les manifestations de rue. Nous espérons qu’avant d’arriver à des manifestations de la rue, qu’un consensus soit trouvé sur les points clés, pour que nous puissions aller à l’élection présidentielle crédible, sans choc et sans peur. L’UGDD n’est pas très favorable aux chocs entre Guinéens. Parce que cela n’amène que des cas de tristesse et de mort en Guinée », conclut-il.

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*