mercredi , 17 octobre 2018

« Les députés de l’opposition ne méritent plus leur salaire » : Rafiou Sow réclame l’argent du peuple

Les 49 députés de l’opposition ont décidé de bouder les travaux de l’Assemblée nationale en signe de boycott le mardi 17 mars 2015. Quatre mois après, le président du Parti pour le renouveau et le progrès (PRP) – agréé il y a seulement quelques semaines – crie à la « trahison ».

 

Rafiou Sow exige des députés le retour au Parlement ou le remboursement de leur rémunération.  «C’est vraiment très désolant que l’opposition parlementaire ne participe pas aux travaux du Parlement. Je suis extrêmement déçu par rapport à cela parce qu’ils ont été élus. Le peuple leur a porté confiance pour mener un combat au sein du Parlement. On ne peut pas, en tant qu’élu du peuple, cesser volontairement les travaux du parlement». Ne pas siéger est constituf de trahison, selon M. Rafiou Sow.

«Ne pas participer aux travaux et percevoir la rémunération c’est trahir le peuple de Guinée. Ce qu’ils perçoivent est équivalent à un vol. Et moi, je me battrai pour qu’ils remboursent cet argent au peuple de Guinée», se répète le jeune leader politique. Les députés doivent rendre des comptes M. Sow rappelle qu’un député a l’obligation de rendre compte au peuple qui l’a élu. Ceci dit, «bouder l’institution législative, c’est fuir ses responsabilités. Et c’est très dommage. Si la loi autorisant la répression est passée à l’Assemblée, c’est parce que les députés de l’opposition étaient aux abonnés absents. C’est une façon d’abandonner le peuple à lui-même et à ses ennemis. Conclusion: soit ils démissionnent carrément, soit ils retournent siéger», coupe court M. Sow qui se présente dans l’échiquier politique guinéen
comme un empêcheur de tourner en rond.

Sur un autre angle de vue, ce jeune leader aux déclarations tranchantes propose qu’avec la conjoncture économique actuelle amenée par Ebola, le salaire des  parlementaires qui situe entre 13 et 15 millions de FG devrait être revu à la baisse afin de soulager le gouvernement dans sa gestion.

 

In Le Populaire


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*