samedi , 16 février 2019
Flash info

Réconciliation nationale : Le gouvernement convoqué par la Commission de réflexion

La Commission provisoire de réflexion sur les conditions de mise en œuvre et de réalisation de la réconciliation nationale était mercredi face au gouvernement dans le cadre d’un échange sur le thème :  »Processus de réconciliation en Guinée : Rôle et responsabilité du gouvernement ».

 

Le séminaire gouvernemental se tient après ceux organisés à l’intention de l’Assemblée nationale, la Police et du Haut commandement de la gendarmerie nationale, Direction de la Justice militaire. Il s’inscrit dans le cadre de l’agenda des activités de la Commission, consacré à la mobilisation de tous les acteurs vers une réconciliation nationale sincère et pérenne.

Selon Monseigneur Vincent Koulibaly, Archevêque de Conakry et co-président de la Commission de réflexion sur le processus de réconciliation, la rencontre visait à recueillir « les questions » et « les contributions » du gouvernement. « Nous vous avons invités pour des échanges », a déclaré l’Archevêque.

Le processus de réflexion sur la réconciliation nationale en Guinée a été lancé le 25 mars de cette année. La Commission est co-présidée par Elhadj Mamadou Saliou Camara, Premier Imam de la Grande Mosquée de Conakry, et Mgr Vincent Koulibaly.

Les deux hommes de Dieu prévoient une série de consultations nationales aussi bien avec le gouvernement, la sécurité qu’avec des citoyens et des victimes afin « d’évaluer les attentes des guinéens, d’établir un diagnostique pertinent et de proposer des solutions pour une réconciliation durable », selon Mgr Koulibaly.

Face au gouvernement, la Commission a engagé les débats sur la nécessité de trouver un cadre adéquat pour la protection des témoins, la réparation des dommages et une garantie de non répétition des crimes commis.

L’Imam et l’Archevêque compte poursuivre la même démarche inclusive dans les prochains mois, en échangeant avec des personnes de différentes couches sur toute l’étendue du territoire guinéen. « L’évaluation permettra d’écouter les personnes individuelles, les anthropologues, des guinéens de l’étranger, des universitaires et des groupes de victimes pour connaître leurs attentes ».

La volonté affichée par la Guinée de réaliser son processus de réconciliation nationale est soutenue par les Nations-Unies. Le Représentant résidant du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en Guinée, Louis-Marie Bouaka a réaffirmé le soutien de la communauté internationale dans ce processus. Il a appelé les guinéens à œuvrer pour atteindre cet objectif. Aux deux religieux qui pilotent le projet, le diplomate onusien a demandé de redoubler d’efforts car la tache est « ardue ».

Le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana a invité ses compatriotes à assumer leur passé et à accepter de se regarder dans les yeux afin d’aboutir à une véritable réconciliation nationale. « La vérité sur notre passé doit être connue de toutes et de tous », a-t-il dit, promettant la disponibilité du gouvernement à apporter sa contribution pour la réussite du processus.

Les co-présidents de la Commission provisoire de réflexion sur les conditions de mise en œuvre et de réalisation de la réconciliation nationale, l’objectif ne peut être atteint si le pays tout entier ne recherche pas la volonté divine. Ils ont appelé à plus de prière pour la réconciliation des fils du pays. « C’est dans nos cœurs que doit commencer la réconciliation pour la réconciliation nationale. Nous devons prier. Tout vient de Dieu et tout revient à Dieu. L’homme doit se remettre à Dieu », a conseillé Mgr Vincent Koulibaly.

On rappelle que dans le cadre des échanges avec le gouvernement la Commission a fait recours à Mgr Nicodème Anani Barrigah-Benissan, Evêque d’Atakpamé et ancien président de la Commission : « Vérité, justice et réconciliation » au Togo.

Par Elie Ougna
+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*