vendredi , 16 novembre 2018

Pan ! Abdoul Gadiri Diallo tire à bout à bout portant sur Toumba et Dadis

Le Porte-parole de l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’Homme et du Citoyen – OGDH- Abdoul Gadiri Diallo a qualifié jeudi la récente sortie médiatique d’Aboubacar Toumba Diakité de « malsaine ».

 

Au cours d’une conférence de presse qu’il animait à Conakry, M. Diallo a déploré les interventions de Moussa Dadis Camara et d’Aboubacar Toumba Diackité sur leurs intentions de rentrer en pays pour s’expliquer sur les crimes commis le 28 septembre 2009. Pour l’activiste des droits humains, les deux sont des « tigres à papiers » qui feraient mieux de venir très rapidement se blanchir devant les Juges guinéens au lieu de s’affronter par médias interposés.

 

M. Gadiri Diallo a dit ne pas apprécier que l’aide de camp de Dadis « se mette dans une tanière pour parler quand on lui tend le micro ».

 

Aboubacar Toumba Diackité a affirmé dans un entretien à RFI le mois dernier, sa décision de regagner lui aussi la Guinée au cas où son ancien mentor foulait le sol guinéen. « Il (Dadis) rentre avec l’intention de semer la pagaille dans le pays, c’est ça qui m’inquiète moi, je ne comprends pas. Dadis doit se préoccuper des charges morales et juridiques qui pèsent sur lui. Faut pas qu’il vienne semer le trouble, on doit se soucier de la nation, du pays. Ce n’est pas pour encore créer d’autres problèmes. Si Dadis rentre aujourd’hui en Guinée, je vous jure, le lendemain, nous tous qui sommes au dehors, nous allons rentrer. Et à ce moment-là chacun assumera ses propres responsabilités », avait dit M. Diackité dans l’interview.

Pour Abdoul Gadiri Diallo, ce dernier est en train de « jouer un rôle politique malsain » dans la mesure où il a la double responsabilité de s’expliquer sur les évènements du 28 septembre et la tentative d’assassinat contre Moussa Dadis Camara, président du pays au moment de l’attaque. « Ce monsieur n’est pas le mieux placé pour nous donner des leçons. Il n’a pas le courage qu’on lui connaissait.  Ces agitations, on ne les fait pas au dehors. On les fait ici. Qu’il vienne se défendre ici », a-t-il déclaré, en faisant allusion à Toumba.

 

Pour le cas de Dadis, il relève une différence entre son discours et son comportement. Il ne comprend pas que le chef du CNDD ait refusé de répondre à une seconde commission rogatoire qui le vise en tant qu’un des auteurs de la répression sanglante.

« La volonté manque à Dadis, même s’il l’exprime publiquement. Qu’il soit convoqué par la Justice ou qu’il vienne volontairement, l’essentiel est qu’il puisse dire comment il a été impliqué dans les évènements du 28 septembre », conclut-il.

 

Par Élie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*