mardi , 25 juin 2019

Grosse colère du ministre de l’Energie :  »Ma révolution piétine. J’ai 600 ingénieurs pour un résultat médiocre »

Le ministre de l’Énergie Cheick Talidy Sylla est mécontent. Au sein de son ministère, il semble que quelques cadres refusent d’adopter de nouveaux comportements allant dans le sens du changement qu’il souhaite. De quoi le faire sortir de son gonds.

 

Qui veut l’échec de l’actuel ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique ? La question mérite d’être posée. Car le chef des lieux croit savoir que certains de ses collaborateurs lui mettent les bâtons dans les roues.

 

Au cours d’un Conseil de cabinet tenu en début de semaine, le ministre a appelé les cadres indélicats partisans de la lenteur dans la conduite des affaires administratives à accélérer les pas. « Je ne suis pas partisan de l’échec », a prévenu Cheick Taliby Sylla.

 

Nommé en octobre 2014, le ministre a dit avoir l’impression que certains ne vont pas dans la même direction que lui. « Nous sommes ensemble depuis un certain temps. Mais j’ai comme l’impression que personne ne fait son travail correctement. Donc, je veux savoir ce qui est fait et ce qui n’est pas fait ! », a-t-il dit, selon les propos rapportés par la Cellule de communication du ministère.

 

Et de poursuivre : « À ce jour, les institutions financières internationales sont revenues pour apporter main forte dans la relance de notre économie. Notre secteur doit bénéficier de 20 millions de dollars avec le retour de la Banque Mondiale. Les partenaires bis et multilatéraux sont prêts à nous assister. Il suffit de faire parvenir des projets réalistes. Aucune proposition concrète, aucun projet, aucune idée pour faire avancer les choses. Que faites- vous pour la matérialisation de la révolution ? C’est inacceptable. (…) Il faut se mettre à la tâche pour rechercher et prendre contact avec toutes les institutions disposées à nous accompagner à travers notre programme de réforme du secteur. (…) Il faut accepter de m’accompagner dans la révolution pour changer le visage triste de la Guinée. Le peuple ne nous pardonnera pas si on échoue. Je regrette de constater qu’il y a plus de 600 ingénieurs présents au ministère pour un résultat médiocre. Quand je vois les gens somnoler dans leur bureau alors que nous avons du pain sur la planche, cela me fait mal. Il nous revient à nous de faire des propositions réalistes au président de la République. Alors, que chacun se remette en cause ».

 

Cheick Taliby Sylla a annoncé la mise en place dans son département d’un mécanisme d’évaluation. Ceci, pour obtenir un changement rapide et efficace dans le secteur de l’électricité et de l’eau.

 

Ce réquisitoires très sévères du ministre annoncent-ils une prochaine restructuration au ministère de l’Énergie ? Rien n’est à écarter. Surtout quand on sait que le président de la République, lors de la signature du contrat de partenariat avec la française VEOLIA le mois dernier, a prévenu les partenaires français des possibilités de blocage en raison de la présence de certains fonctionnaires très attachés aux actes de sabotage.

 

Par Mamady Fofana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*