dimanche , 18 novembre 2018

Damaro : « On ne sait pas ce que l’opposition veut »

Porte-parole de la majorité présidentielle au dialogue politique sur le processus électoral, le député Amadou Damaro Camara estime que le parti au pouvoir et ses alliés ont fourni tous les efforts pour la réussite des discussions, en vain.

 

« On a décidé de faire de la CENI un point de débat, pas un point sur lequel on doit avoir une conclusion. Si je devrais résumer la totalité des huit jours des travaux, l’opposition a demandé dans un premier temps la suspension des activités de la CENI relative au chronogramme en sa partie communale, nous y avions accédé. Cela n’a pas suffi, l’opposition a demandé l’annulation du chronogramme, nous y avions accédé. Nous avons voulu parler des délégations spéciales, ils ont dit non : évacuons, c’est prématuré. Nous avons parlé du deuxième point, le calendrier électoral, ils nous ont proposés des élections le 30 août. C’est-à-dire que le 1er juillet, le président de la République doit prendre un décret pour convoquer les électeurs aux urnes sans liste, sans révision, sans logistique…Naturellement, pour quelqu’un qui a l’amour du pays, on n’y a pas accédé.


Hier (jeudi 25 juin), on a palé du fichier. On a posé toutes les questions concernant le fichier. Ils ont dit qu’il n’y avait pas suffisamment de filtres pour qu’ils en soient rassurés. Nous leur avons dit dans ces conditions, la CENI a fait des propositions pour que le fichier soit propre, si vous en avez d’autres, proposez-les, nous sommes prêts à vous accompagner.


La volonté de la mouvance est d’avoir des élections transparentes et un fichier crédible. Mais nous attendions que tout soit fini, nous allons nous prononcer. Aujourd’hui, ils sont venus avec une autre revendication. Nous sommes à moins de cent jours de l’élection présidentielle, ils demandent qu’on fasse les élections le 30 août et aujourd’hui, ils demandent qu’on reforme la CENI, qu’on change les commissaires de la CENI. Bon finalement, on ne sait pas ce que nos frères de l’opposition veulent.


Mais encore, une fois, la mouvance est prête à discuter de toutes les propositions, qu’elles viennent de l’opposition ou de nos partenaires au développement, toute proposition qui va concourir à rendre les élections transparentes et crédibles ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*