mercredi , 13 novembre 2019

Post-Ebola : les partenaires de la Guinée encouragent les réformes et le dialogue

Les partenaires techniques et financiers de la Guinée ont encouragé lundi le gouvernement à engager des réformes économiques courageuses et à entretenir un rapport de dialogue avec l’opposition afin de permettre à l’économie du pays de se relever rapidement après l’’épidémie d’Ebola.

Les partenaires de la Guinée au nombre desquels la Banque mondiale, l’Union européenne, la CEDEAO, le Système des Nations Unies ont formulé le vœu à l’occasion d’une réunion de concertation tenue à Conakry lundi 23 juin sur la relance Post-Ebola.

« La Guinée doit accélérer et approfondir les reformes, et développer les infrastructures de base dont l’énergie et le transport pour favoriser l’investissement et la croissance », a dit Louis-Marie Bouaka, Représentant du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, au nom de toutes représentations diplomatiques.

M. Bouaka a appelé à une mobilisation générale en vue de relancer  « durablement » la transformation structurelle de l’économie guinéenne.

« La Guinée doit accélérer et approfondir les reformes pour favoriser l’investissement et la croissance », a-t-il ajouté.

Les partenaires techniques et financiers ont demandé une attention particulière des autorités guinéennes sur la reforme de l’administration et le renforcement des capacités des institutions comme la Justice et le Parlement. Ils ont en outre demandé des investissements dans les infrastructures énergétiques et les transports. « Sans ces infrastructures l’accélération de la croissance et la transformation de l’économie ne pourrait être envisagée », a conseillé le Représentant du Haut Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme.

 »Dialogue pour des élections apaisées »

Sous la présidence du ministre de la Justice le parti au pouvoir et l’opposition participent depuis une semaine à un dialogue visant à aplanir les divergences avant les élections présidentielles et communales.

Pour les partenaires, les Guinéens doivent poursuivre cet effort de concertations pour favoriser l’avènement d’une démocratie  dans des conditions apaisées, transparentes et inclusives. « C’est là un défi permanent que doit relever le gouvernement et les acteurs politiques guinéens », a indiqué Louis-Marie Bouaka.

« Nous appelons à la poursuite du dialogue politique sur le processus électoral afin que les acteurs concernés s’entendent sur l’essentiel pour permettre au pays de poursuivre le chemin du progrès », a-t-il lancé, rappelant au passage que « rien de solide et de durable ne peut être construit sans la paix et la stabilité ».

 

Par Élie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*