vendredi , 3 avril 2020

Dialogue : la COEP veut la démission du ministre de la Justice

Exclue du dialogue politique inter guinéen ouvert jeudi à Conakry, la Coordination de l’opposition extra-parlementaire appelle le ministre de la Justice et président du cadre de concertation à jeter l’éponge.

 

Selon le Coordinateur par intérim de l’Opposition extra-parlementaire, Mohamed Lamine Kaba, leur groupe doit prendre part aux concertations lancées aujourd’hui. « Nous devrions être associés à ce dialogue », a-t-il dit à la presse, visiblement très remonté lorsque l’accès à la salle leur a été refusé.

 

L’opposition, la Mouvance présidentielle, la Commission électorale nationale indépendante et des partenaires diplomatiques et techniques sont à huis clos dans la Salle des Actes du Palais du Peuple de Conakry depuis deux dans le cadre du dialogue politique convoqué par le président Alpha Condé sur le processus électoral.

 

Le cadre du dialogue est présidé par le ministre de la Justice et Garde des Sceaux Me Cheick Sako.

 

Pour M. Kaba, l’exclusion de la Coordination de l’opposition extra-parlementaire des discussions est une violation d’une Loi votée par l’Assemblée nationale qui reconnaît en son article 3 l’Opposition extra-parlementaire comme un groupe politique du pays. « La COEP est déçue du comportement du ministre de la Justice. La logique voudrait qu’on soit invité », a-t-il lâché.

 

Selon Mohamed Lamine Kaba qui est également leader du parti  FIDEL, rien ne justifie que la COEP soit écartée du dialogue en cours d’autant que ce groupe avait été invité il y a trois mois à prendre part aux débats politiques liés aux élections en Guinée.

 

« Il doit démissionner non pas du gouvernement, mais de la présidence du dialogue », a-t-il dit, avant de quitter le Palais du peuple.

 

Élie Ougna, depuis le Palais du Peuple.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*