vendredi , 6 décembre 2019

Cheick Sako connait bien la chanson: Alpha Condé est en manque de volonté

Si la monomanie enveloppée dans du «déjà entendu» a bel et bien caractérisé la rencontre avec l’opposition au siège de l’Ufdg, face à la mouvance présidentielle, quoi de plus normal que le ministre Cheick Sako, disposé à ne rouler aucune partie dans la farine, prête oreille attentive aux desiderata de ceux qui décident du climat et de la couleur des temps devant prévaloir dans le pays ainsi que des décrets investissant Untel, désignant ou relevant Trucmuche!

 

Aux yeux des observateurs avertis, la rencontre ne valait donc pas grand-chose. Sauf pour amuser la galérie sinon transformer les fins de semaine en des moulins à paroles pour suivre scrupuleusement les attitudes trompeuses des manoeuvriers politiques qui ont pris le malin plaisir depuis 2011 de troubler à dessein l’ordre du processus électoral. Devant permettre aux citoyens jouissant de leurs droits civiques de se faire siens en toute circonstance les comportements pouvant perpétuer la libre expression du droit d’élire ou de se faire élire à un poste de responsabilité, du devoir de respecter le droit des autres de choisir eux aussi librement leurs représentants… sur le plan rural et communal avant de se faire programmer pour le scrutin présidentiel.

C’est donc sans surprise que le Rpg-Arc-en-ciel fidèle aux directives de sa coordinatrice Mme Nantou Chérif Konaté – faute d’un président (poste conservé par Alpha Condé, malgré son élection à la présidence de la République en novembre 2010) – n’apprenne rien (de nouveau) à la délégation de Cheick Sako dont les membres sont, autant qu’on puisse en juger par les actes, enjoints à s’embrancher à la ligne de conduite présidentielle conservant ses positions de faveur dans le processus électoral.

Tant pour l’équipe de Cheick Sako que pour les représentants de l’opposition et de la mouvance présidentielle, ce n’était pas du tout une rencontre qui constituait un préliminaire indispensable à la reprise ou non du dialogue, mais justement une partie de blabla. Or, normalement, pour avoir été
le président très apprécié du dialogue dont les conclusions n’ont jamais été signées par le chef de l’Etat, faute de bon vouloir, à chaque rencontre avec l’opposition et la mouvance, le ministre Cheick Sako – qui a une pensée droite pour le présent et l’avenir de la démocratie en Guinée – , n’a fait que s’en mettre jusque-là.

Comme on le voit, s’il souhaite malgré tout convier les parties à donner leur accord à la rouverture du dialogue du 4 juillet 2014 qui n’aura servi à rien, s’il ne souhaite être à la place du clown, il lui serait bon de dire à qui de droit: Je connais bien la  chanson intitulée C’est Alpha Condé qui est en panne de volonté !


In Le Populaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*