jeudi , 26 novembre 2020

N’Zérékoré : des femmes marchent pour réclamer le retour de Dadis Camara

Une manifestation était organisée pour réclamer le retour de l’ancien chef de la junte, Moussa Dadis Camara, originaire de Guinée forestière et en exil au Burkina Faso.

Des centaines de femmes, selon les organisatrices, ont marché vendredi 8 mai dans la ville de Nzérékoré, capitale administrative de la Guinée forestière, à 1000 km au sud-est du pays. Elles réclamaient le retour du capitaine Moussa Dadis Camara, ex-chef de la junte au pouvoir (décembre 2008-décembre 2009) qui vit en exil à Ouagadougou, la capitale burkinabé.

Hélène Zogbélémou, présidente du Mouvement des femmes forestières pour le retour de Moïse Dadis Camara, créé depuis deux mois, s’est réjouie du bon déroulement de la marche qui est partie du gouvernorat, en passant par la cathédrale, la place des martyrs et le marché régional pour revenir au point de départ.

« Des centaines de femmes y ont pris part. Nous réclamons le retour de Dadis, qui était en convalescence. On suppose que tout va bien chez lui, après cinq ans. Il doit revenir chez lui, maintenant. »

La chute de Blaise inquiète les partisans de Dadis

La chute de Blaise Compaoré a été une mauvaise nouvelle pour Hélène Zogbélémou et ses camarades du mouvement. « C’est déplorable que nous n’ayons aucune nouvelle de lui. Après le départ de son tuteur, nous craignons pour sa vie et nous nous demandons s’il va bien. Chaque fois que nous posons ces inquiétudes, il n’y a personne pour nous répondre. On espère que cette fois on aura une réponse, à défaut nous reprendrons la marche. »

« Appelez-le désormais monsieur Camara »

Jusque-là relevant du Bataillon autonome des troupes aéroportées, l’ex-chef de la junte militaire a officiellement démissionné en avril dernier de l’armée guinéenne. « Appelez-le désormais monsieur Moussa Dadis Camara », a conseillé son avocat, Me Jean Baptiste Jocamey Haba. Son client a déjà été désigné président du parti Force patriotique pour la démocratie et le développement (FPDD).

 

Lire la suite sur Jeuneafrique.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*