samedi , 18 août 2018

Cellou Dalein Diallo invité à Sèkhoutoureyah, l’UFDG affiche sa fermeté

A l’invitation du président Alpha Condé, le camp du Chef de file de l’opposition annonce qu’il va répondre favorablement. Il promet toutefois d’y aller avec un ton respectueux mais plus ferme.

 

Pour la mouvance présidentielle l’invitation de l’ancien Premier ministre et leader de l’UFDG Cellou Dalein Diallo à Sèkhoutoureyah obéit au désir d’échanger sur la situation socio-politique de la Guinée afin d’aboutir à un dialogue permanent. La rencontre est prévue le vendredi 8 avril à 10h, nous dit-on.

 

Selon toujours nos informations, le chef de file de l’opposition a déjà reçu la lettre d’invitation des mains du directeur du protocole du président Condé.

 

Dans l’entourage de l’opposant on promet qu’il répondra favorablement à l’invitation, par respect pour les fonctions présidentielles et le respect du jeu démocratique. Mais en même, prévient-on, Cellou Dalein Diallo ira à la Présidence de la République avec les mêmes revendications que celles déjà portées à l’attention de la communauté nationale et internationale par voie de presse. A savoir l’annulation du chronogramme élaboré par la CENI qui prévoit l’organisation de l’élection présidentielle avant les communales. Et la reprise d’un processus électoral plus consensuel et plus transparent.

 

Le vice-président de l’UFDG Fodé Oussou Fofana qui est l’un des premiers à s’exprimer sur la question est ferme sur la question. « Quand le chef de l’Etat l’appelle (Cellou Dalein Diallo, ndlr), il n’y a pas de raison qu’il ne réponde pas. Il a déjà pris contact avec ses pairs de l’opposition. Il a rencontré hier soir tous les leaders de l’opposition républicaine qui sont tous au courant. Tout le monde est d’accord, en tant que chef de file de l’opposition, il faut qu’il aille parler avec le Président Alpha Condé ».

 

Joint par Kaloumpresse.com, Aliou Condé, Secrétaire général de ce parti ajoute que si cet appel peut permettre d’aller à une solution consensuelle de sortie de crise, c’est tant mieux pour le pays. Il précise toutefois que l’opposition ne se laissera pas berner par une simple invitation fut-elle à la Présidence de la République. »Nous ne voulons pas une solution imposée ni par le président ni par la CENI ».

 

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*