mercredi , 18 septembre 2019

Au cœur du changement : les crises des périodes de soudure, un lointain souvenir

En dépit de ses immenses potentialités agropastorales, la Guinée reste dans la sous-région ouest-africaine, l’un des grands importateurs de riz. En tant qu’aliment de base des différentes composantes du pays, un Guinéen consomme en moyenne 85 kilogrammes de riz par an. Ce qui fait de cette céréale une denrée importante dont la gestion intéresse l’Etat au plus haut niveau.

Ce n’est donc pas pour rien que pour relever le défi d’ordre national portant sur la sécurité alimentaire et la promotion de l’agriculture, le Gouvernement du Professeur Alpha Condé a mis en chantier des réformes d’envergure à travers une politique agricole qui s’articule autour de divers axes dont entre autres, le soutien à la campagne agricole par le biais d’une stratégie de soutien aux petits agriculteurs.

Au nombre des soutiens du gouvernement à l’endroit des paysans, il faut noter l’importation et la mise à disposition, dans les délais requis, des intrants agricoles, suivant les besoins exprimés par région et par préfecture, la production des semences pré-bases et de plants d’élite, la création d’un centre de prestation agricole dans toutes les préfectures du pays, l’achat de matériels et d’engins agricoles pour le labour, le traitement des plantes et les récoltes, la mise en place d’un système de suivi et d’évaluation de l’impact du soutien apporté par le développement de statistiques agricoles.

Pendant les quatre dernières campanes agricoles et bien entendue la prochaine qui a commencé notamment en Guinée Forestière, les paysans ont reçu des dotations à prix coûtant en engrais, semences et intrants, et des machines agricoles pré et post-récoltes. Il y a eu, aussi, l’allocation d’un montant de 2 milliards de francs guinéens aux agriculteurs de la Haute Guinée pour la réparation de cinquante (50) tracteurs de marque Universal en souffrance.

A cela s’ajoute l’impact de la réalisation et la réhabilitation de pistes rurales dans les 4 régions naturelles, le développement de la filière coton, la formation, l’encadrement et l’équipement de jeunes agriculteurs et des agents de protection des cultures. L’aménagement en cours de 1000 ha dans la plaine de Koundian, premier projet du genre entièrement financé par le BND qui aura forcément un impact positif sur la productivité agricole en République de Guinée.

Pour rendre palpable sa volonté réelle de faire de l’autosuffisance alimentaire, une réalité en République de Guinée, le gouvernement du professeur Alpha Condé à fait passer les allocations pour l’agriculture de 3,7% du budget en 2010 à 7,2%, en 2014. De 2011 à 2014, pour être précis, ce sont en tout 700 milliards de GNF qui ont été consacrés au secteur agricole.

Ces efforts se traduisent sur le terrain par une production en hausse avec près de 1,8 millions de tonnes de riz non décortiqué pour la campagne agricole 2011-2012, et 2 millions de tonnes pour la campagne 2013-2014. Les principales denrées sont présentes sur les marchés à des prix abordables durant toute l’année, éloignant le Guinéen des crises des périodes de soudure. Jusqu’à maintenant, ceux qui ont l’habitude de spéculer sur le prix du riz, n’ont pu écouler leur stock. Les prix s’étant maintenus aux mêmes qu’au moment des récoltes.

Source : Alpha 15

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*