mercredi , 24 octobre 2018

Mission impossible pour la société civile guinéenne?

La Synergie d’Action de la Société Civile pour la Paix en Guinée est à pied d’œuvre depuis plusieurs semaines afin d’amener les acteurs politiques à un minimum de consensus. Une démarche qui semble se compliquer au regard des positions rigides des uns et des autres.

 

Le rapport des consultations avec les acteurs du processus électoral indique que le parti au pouvoir et ceux de l’opposition, ainsi que la Commission électorale nationale indépendante ont été abordés.

 

Les contacts menés par la Synergie d’Action de la Société Civile pour la Paix ont touché particulièrement le PEDN Lansana Kouyaté, la Coordination de l’opposition extraparlementaire, l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, le RPG et la CENI. Les initiateurs de la démarche disent aussi avoir rencontré la Commission provisoire de réconciliation nationale.


A tous les niveaux, la Synergie dit avoir partagé « les préoccupations citoyennes face à l’enlisement de la situation politique » dans le pays.

 

Selon Mohamed Ansa Diawara, vice-président de la CONASOG (Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile Guinéenne) le groupe a exprimé aux acteurs du processus électoral la nécessité de promouvoir l’ouverture d’un dialogue structuré et de veiller au respect des dispositions prévues par la loi en matière électorale.

 

A travers les séries de consultations, le mouvement de la société civile voulait rétablir le dialogue entre les acteurs. Il ambitionnait de créer un sentiment de confiance  sur la crédibilité du processus notamment au niveau de l’opposition et faire en sorte que l’ordre chronologique des élections ne fasse l’objet de doute entre les acteurs.

 

Le problème avec cette démarche est qu’elle se déroule au moment où l’opposition reprend ses manifestations contre le processus électoral.  Les consultations se sont terminées à la veille de la manifestation du lundi 13 avril. Manif qui s’est soldée par la mort de 2 personnes. En même temps, l’opposition pose comme préalable à la relance du dialogue l’annulation du calendrier électoral.

 

Mais la Synergie d’Action de la Société Civile pour la Paix en Guinée entend ne pas baisser les bras. Pour elle, les discussions se poursuivront jusqu’au bout. Pour la préservation de la paix et la quiétude sociale en Guinée.

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*