mercredi , 23 janvier 2019

Société civile : les États généraux prévus en juin

Le processus visant l’organisation des États généraux de la Société civile guinéenne est en marche. L’équipe d’animation des activités préparatoires devant aboutir à cet objectif vient de boucler une série de concertations des acteurs à travers le pays.

 

Conakry, comme à l’intérieur du pays, les séances d’information et de mobilisation pour l’organisation des États généraux de la Société civile ont permis de regrouper 715 représentants d’organisations non gouvernementales. « Un résultat très satisfaisant », comme le souligne Mohamed Chérif Diallo, chargé de la programmation et de la planification de la Génération pour l’Unité et la Relance de la Guinée (GURG).

 

L’équipe d’animation se félicite de l’engouement suscité par l’idée des États généraux de la société civile. Elle croit que ce projet dont le but est de doter la Guinée d’une société civile mieux organisée, responsable et crédible est en bonne voie. Selon ses membres, de nouvelles adhésions se font quotidiennement enregistrer. « Le contexte guinéen actuel a plus que jamais besoin d’une Société civile unie et harmonieuse », justifie Diallo.

 

Selon le Dr Makalé Traoré, présidente des ONG féminines,  REFMAP (Réseau des femmes Africaines, ministres et parlementaires de Guinée) et COFFIG (Coalition des femmes et filles de Guinée pour le dialogue et la construction de la paix et le développement, l’initiative est salutaire. « Nous sommes partie prenante de la démarche des États généraux. Nos organisations ont reçu des informations. Nous avons fait l’état des lieux des faiblesses de la société civile et nous nous sommes entendus sur la nécessité d’améliorer cette situation », assure-t-elle. Et d’ajouter : « Nous demandons aux acteurs de s’unir car il est important pour la société civile de donner l’exemple ».

 

Faut-il rappeler que l’idée d’organiser ces États généraux a germé en mai 2014 à Kindia. Portée par la Plateforme  nationale des citoyens unis pour le développement (PCUD), l’initiative a déjà trouvé un écho favorable auprès de plusieurs organisations. Les ordres des médecins et vétérinaires, les centrales syndicales menées par la CNTG, la COFFIG et le REFMAP, entre autres.

 

Les États généraux de la société civile sont prévus du 4 au 6 juin prochains. En attendant, d’autres étapes restent à franchir. Notamment la mise en place d’un Comité de pilotage du projet, le recrutement d’un consultant et l’élaboration de son cahier de charge, l’organisation de concertations régionales avant les assises proprement dites.

 

Toutefois, tout porte à croire que la démarche n’est toujours pas partagée par le Conseil national des organisations de la société civile de Guinée (CNOSC). Cette organisation faitière aurait exigé le document relatif à la tenue des états généraux avant d’adhérer à l’initiative. Un document que la PCUD est ses partenaires affirment ne pas détenir pour l’instant et dont son élaboration devra se faire par l’ensemble des acteurs.

 

Pour le vice-président de la PCUD, les États généraux se tiendront avec ou sans les hésitants. « L’idéal est qu’il y ait l’unanimité. Mais si la majorité s’engage, je ne crois pas que cela empêche la tenue des États généraux de la société civile », précise Youssouf Saran Donzo, rappelant que le dernier mot revient à la majorité en matière de démocratie.

 

« La porte est grandement ouverte pour toutes les organisations qui souhaiteraient embarquer à bord de notre bateau. Nous pensons que ces États généraux se tiendront par la grâce de Dieu », conclut-il.

 

Par Elie Ougna

+224 622 85 68 59

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*