dimanche , 21 avril 2019
Flash info

La présidentielle avant les communales : la CENI avance ses raisons

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a justifié jeudi 12 mars les raisons pour lesquelles elle a préférer l’organisation de l’élection présidentielle avant les communales.

Parmi les raisons énoncées, figure en bonne place, la révision du fichier électoral avant le scrutin. ‘’On ne peut pas organiser une élection avec le fichier de 2013 sans faire une révision’’, justifie le vice-président de la CENI, Ibrahima Kalil Kéita.

D’après lui, ‘’si nous demandons à aller aux élections communales cette année, on aurait privé beaucoup de  citoyens de leur droit de vote puisqu’il y a des omis (dans le fichier)’’.
Il affirme que c’est la raison principale que la CENI a ‘’unanimement admis’’ qu’il faille faire la révision pour ne pas priver les citoyens de leur droit.

Objectivement, ajoute-t-il, ‘’si nous avions la possibilité d’introduire dans le fichier de 2013 les électeurs omis, les gens qui ont l’âge de voter, faire la révision et organiser les élections communales avant l’élection présidentielle, la CENI aurait donné la priorité aux élections communales’’.

 

 

725, 93 milliards GNF pour le double scrutin

Dans son élan pour la tenue des élections présidentielles et communales, la CENI prévoit un budget qui s’élève à 725, 93 milliards de francs guinéens. Ce budget se divise en trois parties : ’le budget de fonctionnement: 22,50 milliards ; budget de la présidentielle: 549,82 milliards ; et budget des communales: 153,61 milliards francs guinéens.

Répartition de celui de la présidentielle

Le budget prévu pour l’élection présidentielle subdivise aussi en trois volets: le  volet démembrement, estimé à 49, 96 milliards et le volet révision des listes électorales: 307,2 milliards.

Selon Mohamed Mory Kaba, directeur des affaires administratives et financières (DAAF) de la CENI, les montants qui seront alloués au scrutin se subdivisent en deux sous-volets. Ils seront affectés au ‘’vote des Guinéens de l’extérieur à hauteur de 7,59 milliards GNF et au vote des guinéens de l’intérieur avec un montant de 185, 15 milliards GNF.

Du point de vue ressources, à date, la CENI dit avoir 250 milliards avec un manque à gagner qui fait 299,90 milliards, soit 55% du montant  qu’il faut rechercher pour financer les élections présidentielles.

Par Aliou Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*