vendredi , 23 août 2019
Flash info

Des jeunes appellent à désobéir à l’opposition

Un groupe de jeune proches de la mouvance présidentielle a appelé mardi à une désobéissance au mot d’ordre lancé par l’opposition guinéenne pour protester contre la tenue de l’élection présidentielle avant les communales.

 

APPEL A DÉSOBÉISSANCE AU MOT D’ORDRE DE L’OPPOSITION

L’opposition républicaine a lancé un mot d’ordre de désobéissance civile à compter du 15 mars 2015 comme arme de combat.

Nous, jeunes leaders de partis politiques, condamnons cette décision que nous jugeons inopportune et irresponsable.

La désobéissance civile a toujours donné lieu dans notre pays à des actes de vandalisme.

En effet, il est regrettable que l’appel à la désobéissance civile lancé à compter du 15 mars 2015 soit à l’initiative des élus du peuple qui, au lieu de mener leur combat dans l’arène que la république leur a offerte, préfère la rue dans un contexte de crise sanitaire qui mobilise la communauté internationale au chevet de la Guinée.

Les revendications de l’opposition portent sur l’organisation des scrutins communaux avant le scrutin présidentiel programmé pour le mois d’octobre 2015.

L’opinion nationale et internationale est témoin qu’à date, la CENI, seule responsable constitutionnel de l’organisation des élections et référendums en Guinée, n’a encore décliné aucun chronogramme décidant de l’ordre de la tenue des deux scrutins. C’est pourquoi, nous trouvons inapproprié de préjuger de la décision de la CENI en appelant les populations dans la rue.

A entendre l’opposition républicaine, son appel consiste à demander à l’État dont elle cherche à conquérir d’abdiquer, de disparaître. Si nous encourageons de telles démarches dans notre cher pays, la démocratie dans un avenir proche sera synonyme de vandalisme.

Pour éviter ce destin tragique à notre chère Guinée, nous demandons solennellement au peuple de Guinée, aux jeunes et aux femmes en particulier de désobéir à l’appel de désobéissance civile lancé par le chef de file de l’opposition à compter du 15 mars 2015.

L’histoire récente des mots d’ordre de désobéissance civique a donné une comptabilité macabre et revendiqué la dégradation de biens privés et publics.

L’usage de la désobéissance civile en démocratie intervient quand on a épuisé tous les recours du dialogue et les actions légales.

Guinéennes, Guinéens, barrons la route à l’anarchie en restant mobilisés et vigilants pour la bonne cause.

Nous vous invitons toutes les forces vives de la Nation à signer massivement cet appel sous forme de pétition à l’attention des institutions de la république et la communauté internationale.

Vive la Guinée unie et prospère.

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

Conakry, le 10 mars 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*