mercredi , 18 septembre 2019

Ebola: « l’évolution de l’épidémie n’est pas inquiétante » (Dr Sakoba Keita)

Lors de la conférence qu’il a animée avec les partenaires le 12 février à Conakry, Dr Sakoba Keita, coordinateur national de la lutte contre Ebola, a indiqué que l’évolution de l’épidémie n’est pas inquiétante.

Selon Dr Keita, alors que l’intérieur du pays connait une baisse drastique de l’épidémie, Conakry connait une nette augmentation, des réticences et des perturbations.

«Il y a de la rumeur qui circule à Conakry comme quoi la Croix-Rouge est en train du pulvériser les écoles. Nous avons insisté d’inviter nos partenaires pour pouvoir éclairer la lanterne des populations sur ces rumeurs non fondées », a précisé Dr Sakoba Keita.

Pour sa part, M. Fofana, le représentant de la Croix-Rouge guinéenne, a dit que son organisation ne doit pas intervenir sans l’autorisation de la coordination : «Nous intervenons sauf en cas de décès, pour sécuriser l’environnement, ou soit le cas d’un malade. Ça aussi sur consentement de la famille. Mais pour sécuriser la localité, nous envoyons nos volontaires pour pulvériser les lieux. Ces volontaires sont nos frères et nos sœurs, qui font un travail risqué. »

Il a par la même occasion regretté la destruction de leurs sièges de Kobaya, Dabola, Kaback, avant de signaler que la Croix-Rouge guinéenne ne travaille pas sans l’accord de la coordination : « On travaille en concert avec la coordination. La Croix-Rouge n’a aucune planification. La pulvérisation ne tue pas. Elle ne contient que de l’eau de javel.»

Prenant la parole à son tour, le représentant de l’UNICEF en Guinée, Mohamed Ag Ayoya, a dit qu’en Guinée, 4103 enfants sont orphelins à cause du virus Ebola. Et que la mission de l’Unicef c’est de protéger les enfants. C’est pourquoi son institution a mis en place une stratégie qui consiste à identifier ces enfants par les ONG, assurer leur prise en charge, et leur donner de l’argent cash.

Poursuivant son intervention, il a fait savoir que 3 mille enfants guinéens ont bénéficié de ce programme ou sont placés dans les familles d’accueil.

« C’est une priorité, a-t-il ajouté. Aucun pays n’acceptera qu’on tue ses enfants. Nous sommes auprès de l’Etat. Ces rumeurs ne sont pas fondées. Il faudrait qu’on se mette ensemble pour lutter contre Ebola. La rumeur est le cancer de l’épidémie. Et depuis un an, 100 mille agents de la Croix-Rouge travaillent au risque de leurs vies.»

Mediaguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*