samedi , 8 août 2020

Des syndicalistes exigent une baisse à 6000 francs par litre d’essence

L’Unité d’action syndicale, une confédération qui regroupe les centrales syndicales ONSLG, COSATREG et CGFOG, ont appelé samedi à une nouvelle réduction du prix des produits pétroliers à la pompe à 6000 francs guinéens d’ici le 20 février.

 

Selon ces trois centrales syndicales, l’allègement de la souffrance des populations guinéennes pourrait intervenir en appliquant ce prix. Aussi, elles demandent une révision de la grille salariale pour les fonctionnaires.

 

Dans une déclaration rendue public à Conakry, l’Unité d’action syndicale s’insurge contre les « augmentations fantaisistes de tarifs douaniers et s’appuient en outre sur les prix des produits pétroliers appliqués au Mali 7840 GNF, la Sierra Leone 5000 GNF et le Togo 6860 GNF.

 

Le gouvernement a annoncé le samedi 31 janvier dernier la réduction du prix du litre du carburant de 10 000 GNF à 9 000 GNF.

 

Selon l’Unité d’action syndicale, il s’agit d’une « baisse narquoise ». « Une réduction insuffisance qui s’apparente à une insulte à la classe ouvrière et à la population guinéenne.

 

Si le prix du carburant ne descend pas à 6000 francs guinéens le litre, les syndicalistes menacent d’user de tous les moyens légaux à leur disposition.

 

Par Elie Ougna


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*