samedi , 7 décembre 2019

Nafissatou Diallo ouvre son restaurant

Alors que s’ouvre aujourd’hui le procès du Carlton, RTL nous donne des nouvelles de Nafissatou Diallo, celle qui avait amorcé la chute politique de DSK avec l’affaire du Sofitel. Selon la radio, elle va bien, et a même bien utilisé l’argent donné par l’ancien patron du FMI pour clore l’affaire.

 

Selon son avocat qui s’est confié à RTL : Nafissatou Diallo, l’ex-femme de chambre du Sofitel qui avait accusé DSK de viol « va bien ». Quatre ans après l’affaire, elle qui avait dû fuir son travail et New York, est devenue sa propre patronne en ouvrant un restaurant dans la Grosse Pomme.

« Elle aurait préféré rester femme de chambre »

« Elle et sa fille vont bien (…) Elle a peut-être plus d’argent qu’elle n’en a jamais eu mais je sais de façon certaine qu’elle aurait préféré rester femme de chambre dans cet hôtel et que rien de tout ça ne soit arrivé car elle était heureuse », affirme son avocat Kenneth Thompson.

Une transaction financière pour clore l’affaire

Il y a quatre ans, Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, directeur du Fonds monétaire international, était donné favori pour remporter l’élection présidentielle de 2012. Il s’apprête à rendre public sa candidature quand tout bascule le 14 mai 2011. Alors qu’il s’apprête à prendre un avion pour la France, DSK est arrêté par la police new-yorkaise. Accusé par une femme de chambre de l’hôtel Sofitel d’agression sexuelle, il passera quatre nuits en prison, et plusieurs semaines en résidence surveillée, avant que les charges pénales ne soient officiellement abandonnées en août. Comme l’autorise la justice américaine, les deux parties sont tombées d’accord sur une transaction financière à l’amiable dont le montant est resté secret. Selon les rumeurs, Nafissatou Diallo aurait reçu 1,5 million d’euros.

Les regrets de DSK

Dans un livre intitulé « Affaires DSK, la contre-enquête » (Editions du Moment), Dominique Strauss-Kahn regrettait une « relation consentie mais stupide » avec Nafissatou Diallo. « Ce jour-là, j’ai ouvert la porte à toutes les autres affaires », admet-il. Aujourd’hui, DSK fait face à l’affaire du Carlton dans un procès où il est mis en cause pour « proxénétisme aggravé » et qui doit durer trois semaines. En France, pas d’accord financier possible : l’ex-patron du FMI risque 10 ans de prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*