vendredi , 24 mai 2019

Lassana Bathily, héros de la prise d’otages à l’Hyper Cacher, sera naturalisé français

C’est l’un des héros de la prise d’otages de l’Hyper Cacher. Le Malien Lassana Bathily, 24 ans, sera bientôt naturalisé français, annonce le ministère de l’Intérieur, jeudi 15 janvier. Lors de l’attaque d’Amedy Coulibaly, vendredi 9 janvier, le jeune homme avait dissimulé plusieurs otages dans la chambre froide du magasin, situé porte de Vincennes, à Paris.

Une « cérémonie d’accueil dans la citoyenneté française » aura lieu mardi 20 janvier à 18h30 au ministère de l’Intérieur, précise Bernard Cazeneuve, qui loue « l’acte de bravoure » du jeune homme.
« J’ai dit à tout le monde de rester calme »

Lassana Bathily est revenu, lundi sur France 2, sur son intervention lors de la prise d’otages. Alors qu’il se trouve au sous-sol pour stocker des marchandises, cet employé musulman, qui travaille depuis quatre ans dans le supermarché casher, entend des coups de feu et aperçoit des clients descendre l’escalier. Il leur propose alors de s’échapper. « Il y a un monte-charge, si vous voulez sortir, et une issue de secours, explique-t-il aux clients. Si vous restez là, vous pouvez aller dans les chambres froides, mais restez calmes. » Le jeune homme a aussi la présence d’esprit de couper l’alimentation pour que les otages ne soient pas frigorifiés, avant de s’échapper et retrouver les policiers.
Il est alors appréhendé et menotté. Une fois libre, Lassana Bathily fournit des précisions essentielles aux forces de l’ordre, en dessinant les lieux sur une feuille de papier.
La décision a été prise par François Hollande

François Hollande a appelé le jeune homme pour le féliciter, dimanche matin, deux jours après le drame. C’est au cours de cet entretien que le président de la République prend connaissance de la situation de Lassana Bathily. Celui-ci est arrivé en France en mars 2006, avant d’obtenir une carte de séjour en 2011. Son rêve est de décrocher la nationalité française, car « la France est un beau pays où tu peux vite t’intégrer, où on te soigne même si tu n’as rien », comme il l’explique aujourd’hui. Le président de la République lui fait une promesse : « Je m’en occupe. »

Malgré toutes les félicitations et cette nationalisation prochaine, Lassana Bathily a le cœur lourd. « Je suis triste. Un ami est parti et il était très jeune », explique-t-il en évoquant son collègue Yohan Cohen, 20 ans, qui fait partie des victimes. Et quand on lui demande s’il a l’impression d’être un héros, il botte en touche. « Peut-être, je ne sais pas. Je suis Lassana, j’ai sauvé des gens. Je ne vais pas prendre la grosse tête. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*