samedi , 14 décembre 2019

Sécurisation du siège du RPG : division entre le parti présidentiel et son challenger

L’opposition guinéenne entend marcher sur le tribunal de première instance de Dixinn jeudi prochain, pour ‘’exiger’’ la libération ‘’sans condition’’ de leurs militants arrêtés le 7 janvier dernier.

Le vice-président du parti de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG),  dénonce le deux poids deux mesures de la justice guinéenne. 

‘’Je dis aux juges du tribunal de Dixinn que nous allons demander aux députés de l’UFDG et à ceux de l’opposition de marcher main dans la main depuis le stade du 28 septembre jusqu’au tribunal de Dixinn pour  demander la libération des enfants’’, a martelé le député Fodé Oussou Fofana. Parce que, ajoute-t-il, ‘’si les enfants vont en prison nous irons avec eux car nous refusons l’injustice, nous refusons l’arbitraire’’.

Le Président du groupe parlementaire les Libéraux démocratiques à l’Assemblée nationale fait remarquer aux juges, ‘’s’ils veulent un jugement équitable, qu’ils convoquent à la barre les gendarmes qui étaient au siège du RPG-Arc-en-ciel. Qu’ils disent qu’est-ce qu’ils faisaient là-bas, qui les a envoyés là-bas’’.

D’ailleurs, Fodé Oussou Fofana s’interroge sur la nécessité de la présence des gendarmes au siège du RPG arc-en-ciel (parti au pouvoir, ndlr). ‘’Pourquoi les gendarmes continuent-ils à garder le siège du RPG ? Le siège du RPG-Arc-en-ciel n’est pas une institution Républicaine ? Pourquoi n’assurent-ils pas au même moment les sièges des autres partis politiques pour être équitables ?’’

Sur les différentes interrogations du député de l’UFDG, le secrétaire administratif du RPG, Lansana Komara a une réponse.

‘’Le RPG n’est pas une institution. Mais il n’est pas dit qu’on doit sécuriser seulement les institutions. Tout citoyen de la République doit être sécurisé. Si l’UFDG prend chaque fois pour cible notre siège parce qu’ils ont une haine viscérale contre notre parti, c’est normal que notre siège soit sécurisé’’, a-t-il répliqué.

Si pour éviter des accrochages au niveau de ce siège certains trouvent une solution de faire déplacer l’écueil à Hamdallaye,  M. Komara lui, est catégorique.

‘’ Il n’est pas question de déplacer le siège parce que c’est à Hamdallaye. Hamdallaye est une partie de la République de Guinée. C’est un terrain qui n’appartient pas à l’UFDG. Et le RPG est un parti national. Le RPG a des militants convaincus dans cette zone et au fond fin même de Bambéto’’, a-t-il martelé.

Par Aliou BM Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*