samedi , 15 août 2020

Forécariah : une foule en furie tue deux policiers

Le commissaire adjoint de la police de Dubreka, deux de ses agents de sécurité et son chauffeur ont été pris à partie samedi dernier par une foule en colère à Dar-es-salam, sous-préfecture de Moussayah, préfecture de Forécariah. C’est la radio Soleil Fm qui livre l’info dans sa grande édition du lundi, 12 janvier 2014.

Le commissaire adjoint de Dubreka, le colonel Amadou Bangoura; Alseny Jumeaux Camara; Mady Bangoura, et Ibrahima Sory;  tous en service à la police de Dubreka se sont rendus à Forécariah pour assister au sacrifice de la marâtre du colonel Amadou Bangoura.

Le même jour, l’équipe profite de l’occasion pour rendre visite nuitamment à un guérisseur traditionnel du nom de Fallaye qui traite actuellement le fils ainé du colonel Amadou Bangoura, atteint d’une dépression mentale.

Sur les lieux, les visiteurs trouvent que le guérisseur est convalescent. Le brigadier-chef Alseny Jumeaux Camara lui donne des comprimés pour calmer ses douleurs. Fallaye, sans se soucier de ce qui allait l’arriver, avale ces derniers et se rend aussitôt aux toilettes. Sur le chemin du retour, il s’écroule et ne rend l’âme sur le champ.

Son épouse qui a suivi la scène pousse des cris pour alerter le voisinage qui accuse le colonel Amadou Bangoura et ses hommes d’avoir introduit le virus Ebola dans le village. Munis de machettes, coupes-coupes et de bâtons, les villageois se déchainent sur le brigadier-chef Alseny Jumeaux Camara et le chauffeur Ibrahima Sory. Bastonnés à mort, les deux seront brulés à l’intérieur du véhicule à bord duquel ils sont arrivés, un peu plutôt.

Le colonel Amadou Bangoura pour échapper à la foule en colère tente de tirer des coups de sommation en l’air. Blessé, il se dirige vers une brousse, mais sera rattrapé et ligoté par les villageois, avant d’être délivré par les forces de sécurité venues en renfort.

Les conclusions de l’autopsie faite sur le vieux Fallaye révèlent qu’il est décédé d’une mort naturelle, et non d’Ebola comme le prétendaient les villageois. Pendant ce temps, le colonel Amadou Bangoura et le Brigadier-chef Mady Bangoura sont  alités à l’hôpital militaire Almamy Samory Touré, où ils reçoivent les premiers soins médicaux.

Avec Visionguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*