mardi , 26 mars 2019

Kalifa Gassama Diaby ne se laissera plus faire:  »je donnerai coups pour coups »

Le ministre guinéen des droits de l’Homme et des Libertés Publiques n’est pas content  d’une frange des personnalités publiques du pays. Invité de l’émission les Grandes Gueules ce lundi, Kalifa Gassama Diaby l’a fait savoir.

‘’Dans ce pays, j’aimerais bien qu’il y ait beaucoup de personnalités publiques qui aient la moralité que j’aie. Je voudrais que les donneurs de leçons ou ceux qui sont nichés dans leurs cases de l’immoralité et de l’indécence, parce qu’ils veulent la tête du ministre, j’aimerais qu’ils soient aussi honnête que je le sois’’, a-t-il réagi.

N’ayant pas la langue dans sa poche, le ministre Diaby dit, ‘’Trop c’est trop ‘’. Désormais, prévient-il, ‘’je donnerai coups pour coups. Je ne prends pas de leçons des malhonnêtes, des gens qui volent les deniers publics, je suis propre dans ce pays. Je mets quiconque au défi, de trouver au ministre des droits de l’homme, une quelconque relation ambiguë avec une personne’’.

Accusé à tort ou à raison de louer un bâtiment qui appartiendrait à un présumé narco trafiquant, Kalifa Diaby déballe qu’il est le seul ministre qui n’a pas été logé par l’État.

‘’J’ai cherché, je n’ai pas trouvé de logement. J’ai demandé, parce que je ne connais pas la Guinée, à certains amis de me trouver où me loger. Je me loge. Mon loyer est pris en charge par le ministère du Budget. Je ne suis pas la police pour guetter la moralité des uns et des autres’’, réplique-t-il.
Aujourd’hui, suivant le cours des événements et les accusations des uns et des autres, le ministre des droits de l’Homme dit être ‘’blessé’’.

‘’Je suis meurtri par cette volonté acharnée de me salir, parce que j’ai créé avec mes compatriotes un lien de confiance qui ne plait pas. Je suis blessé, parce qu’on ne m’accepte pas dans mon camp même, on me traite de traitre. J’ai refusé de ne pas m’inscrire dans le mensonge. J’ai donné ma vie pour les droits de l’homme en Guinée’’, affirme M. Diaby. Ajoutant qu’il est ‘’victime de haine et de diffamation’’.

Le temps de la recréation est terminé. ‘’Désormais, la première personne qui laisserait, ne serait-ce que de façon infime, entendre que le ministre des droits de l’homme aurait un lien avec je ne sais quoi, je porterai plainte contre la personne et je ne lâcherai pas, parce que trop c’est trop. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas médiocre qu’on doit s’en prendre à ceux qui ne le sont pas’’, a-t-il conclu.

Par Aliou BM Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*