dimanche , 26 janvier 2020

Brouille entre le gouverneur de la BCRG et le syndicat des banques

Le réseau se brouille entre la Fédération syndicale autonome des banques et assurances de Guinée (FESABAG) et le gouverneur de la Banque centrale. En cause, la grève générale illimitée lancée par six centrales syndicale depuis lundi.

 

Après l’appel lancé  par le gouverneur de la BCRG, Louncény Nabé, en faveur de l’ouverture des banques, le syndicat de ces institutions bancaires est revenu sur la décision, invitant les employés à observer la grève en signe de solidarité aux travailleurs du public.

 

Dans une déclaration, Abdoulaye Sow, secrétaire général de la FESEBAG a invité tous les travailleurs des banques à continuer la grève jusqu’à la satisfaction de leurs revendications.

« Nous constatons avec beaucoup  de regret l’utilisation de la force pour saper la grève légitime déclenchée par le mouvement syndical guinéen au niveau des banques.  Monsieur  le Gouverneur et le vice gouverneur de la Banque Centrale viennent de sillonner toutes les banques pour demander d’ouvrir par la force  les banques contrairement à la loi, en envoyant des  gendarmes et en essayant de larguer le système bancaire en ouvrant avec quelques stagiaires », a indiqué Sow.

Le syndicaliste a fustigé « une manière d’intimider les jeunes stagiaires présents sur les lieux et quelques employés ». Toute chose qui, selon lui, ne sera jamais acceptée par la FESABAG.

 

Le gouverneur de la Banque  centrale, Louncény Nabé, aurait indiqué au cours de sa tournée que la grève ne concerne pas le système bancaire. Il aurait invité tous les banquiers à reprendre le travail et à assurer un service minimum à l’endroit de la clientèle.

Le syndicat des banques prend le contre-pied. « Nous invitons tous les travailleurs des banques à continuer la grève jusqu’à la satisfaction de nos revendications. Je voudrais vous informer que la FESABAG est une partie intégrante de l’USTG (Union syndicale de travailleurs de Guinée) et signataire de l’avis de grève. La lutte que déclenche le mouvement syndical est une lutte noble légitime par ce qu’elle vise à améliorer les conditions de vie de travailleurs guinéens », a lancé le banquier-syndicaliste.

 

Par Sériane Théa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*