samedi , 26 septembre 2020

Menace de plainte contre Alpha Condé

L’opposition républicaine a menacé lundi 5 janvier de porter plainte contre le président Alpha Condé pour « parjure »,  »haute trahison » et « violations » répétées des termes de la constitution guinéenne.

 

Selon les opposants le chef de l’Etat n’a jamais respecté la constitution guinéenne, ni honoré ses engagements pris lors de son investiture en 2010. Ils citent en exemple, la création de l’Institution nationale des droits humains et sa promulgation par décret présidentiel, la semaine dernière. Ils estiment que le Chef de l’Etat a contourné l’Assemblée nationale en saisissant la Cour suprême qui a validé la création de cette institution.

 

« Ceci est très grave. C’est une substitution du législatif par le pouvoir exécutif », a indiqué Aboubacar Sylla, Porte-parole de l’opposition républicaine. « Il s’agit d’une confusion des genres, de la violation d’un principe cardinal de toute république démocratique qui est la séparation des pouvoir ».

 

Devant finalement ce qui apparait comme un autre coup de bluff de la part de l’opposition, le porte-parole se dit tout « décidé » avec ses camarades d »engager des poursuites pour annuler portant création de l’INDH et son décret de promulgation ».

 

Le recours sera porté devant la Cour suprême. Et l’opposition compte sur « un miracle » pour obtenir gain de cause.

 

« Notre constitution est claire. Le président de la République, le jour de sa prestation de serment s’était engagé à respecter et à faire respecter scrupuleusement la constitution, les lois de la République et les décisions de justice. Il s’est engagé à assurer la protection des institutions constitutionnelles et que s’il se parjurait, qu’il soit soumis aux rigueur de la Loi », a rappelé Sylla. « C’est ce que nous allons essayer de faire ».

 

Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*