mercredi , 20 mars 2019

Origine Ebola en Guinée : des scientifiques allemands évoquent la thèse des chauves-souris

Une étude menée par des scientifiques allemands à Guéckédou n’écarte pas l’hypothèse selon laquelle les chauves-souris pourraient être à l’origine de la fièvre Ebola qui sévit en Guinée et dans certains pays de l’Afrique de l’Ouest.

 

Selon les résultats de l’étude effectuée dans la région de Guéckédou et publié dans le journal EMBO Molecular Medicine, les chercheurs de l’Institut Robert Koch suspectent les chauves-souris car elles étaient beaucoup consommées avant la déclaration de la maladie.

Ils pensent aussi que de nombreuses contaminations pourraient provenir des excréments de ces petits mammifères volant  ou des fruits sauvages contaminés par leur salive.

 

L’étude s’est déroulée en avril. Mais les résultats ont été publiés mardi 30 décembre. Les recherches se sont déroulées à Meliandou, un village de Guéckédou, où certains estiment qu’Emile, un enfant d’environ 2 ans décédé en décembre 2013, serait le premier patient d’Ebola sur le sol guinéen.

Pour les scientifiques, la proximité d’une grande colonie de chauves-souris de ce village offrait une occasion d’infection. Ils rapportent que ‘’les enfants attrapaient régulièrement les chauves-souris et jouaient avec elles’’.

Même si les allemands affirment ne pas avoir capturé de chauves-souris porteuses du virus Ebola pendant leurs travaux de recherches, ils soulignent toutefois dans leur rapport que la probabilité que cette espèce a propagé l’épidémie était forte, ‘’mais pas à 100%’’.

L’équipe d’anthropologues, écologistes et vétérinaires affirment avoir travaillé sur l’interaction avec les animaux, la faune et la flore, le sang et des échantillons de chauves-souris.

 

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*