mardi , 14 juillet 2020

La grève du syndicat inévitable après l’échec de la dernière négociation

L’année 2015 s’annonce très difficile pour le pourvoir guinéen. En plus des échéances électorales en vue, de l’épidémie Ebola qui sévit depuis près d’une année dans le pays, le gouvernement de Mohamed Saïd Fofana se heurte à l’intransigeance de l’opposition à tenir un meeting  »géant le 7 janvier à Conakry », mais avant, le déclenchement d’une grève  »générale illimitée » à partir du 5 janvier 2015 sur toute l’étendue du territoire national.

Avant de prendre leur dernier ultimatum, les centrales syndicales du pays ont reçu lundi 29 décembre, le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, dont l’objectif était de faire l’évaluation de la collaboration sur leurs points de revendication.

Cette rencontre a été soldée par un échec. Elle a mis en évidence  » le déficit de communication dans l’équipe gouvernementale, l’indifférence et la mauvaise foi des ministres en charge de l’économie des finances et du budget », indique un communiqué des syndicats, daté du 29 décembre.

A l’issue de l’entretien, le mouvement syndical a réaffirmé au Porte-parole du gouvernement, Damantang Albert Camara, sa détermination à poursuivre la grève jusqu’à l’aboutissement   »de toutes les revendications ».

C’est pourquoi,  »en cette phase décisive de notre lutte syndicale en faveur de l’ensemble des travailleurs de Guinée, nous en appelons à la solidarité du mouvement syndical guinéen et de toutes les centrales de la République de Guinée ».

Dans son avis de grève daté du 26 décembre, le mouvement syndical guinéen met en exergue 7 points  »essentiels » pour justifier sa décision d’aller en grève. Cet avis de grève est signé par les six grandes centrales syndicales du pays.


En voici les points:

-Considérant le retard volontaire accusé par le Gouvernement dans l’application de la nouvelle grille salariale et le régime des pensions,
-Considérant l’indifférence de l’Etat face à la situation des travailleurs dans l’usine de Friguia, de la Sotelgui, de Feralux, du Port autonome de Conakry, de Pride-Guinée, de Semafo-Guinée et de Enco 5,
-Considérant l’insécurité grandissante et le sort des transporteurs, chauffeurs et passagers (barrages non conventionnels et braquages),
-Considérant la non application des statuts particuliers de l’éducation et de la santé
-Considérant le non-respect du protocole d’accord relatif à la fluctuation du prix du carburant à la pompe,
-Considérant la volonté exprimée par les travailleurs en Assemblée générale le 18 décembre 2014, réclamant une grève générale illimitée sur tout le territoire national, si les revendications ne sont pas satisfaites le 22 décembre 2014
-Considérant ce qui précède, le mouvement syndical guinéen décide de déclencher une grève générale illimitée sur tout le territoire national à compter du lundi 5 janvier 2015.


Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*