vendredi , 23 août 2019

Priorité santé: un Neurochirurgien guinéen a sa solution aux séquelles neurologiques

Les personnes souffrantes séquelles neurologiques ont désormais une structure qui les apporte des conseils et des soins.

Vendredi, devant un parterre d’hommes de médias, le responsable de la fondation dénommée ‘’ Angels and Doves Foundation’’ et neurochirurgien, le Dr Boubacar Bah a expliqué le rôle de cette ONG dans  la prévention des séquelles neurologiques en Guinée et la mise en place de la Grande garde de la Neurochirurgie.

En effet, la neurochirurgie, selon le conférencier, se définie comme étant un ensemble de traitements médicaux et chirurgicaux visant à préserver l’intégrité du cerveau, de la moelle épinière et des structures osseuses les protégeant, colle du crâne et la colonne vertébrale du cou et du dos.

Le Dr Bah déplore le fait que la neurochirurgie soit une spécialité (essentielle) peu connue en Guinée, reste sous-équipée et mal intégrée dans les circuits de soins.

Conséquence, la Guinée ne dispose que trois spécialistes dans ce domaine. Ce qui explique, d’après le neurologue, ‘’la principale cause de la mise en œuvre tardive des traitements au stade où les séquelles sont déjà installées, les malades et leurs familles restent demandeurs en soins, se plaignant de n’avoir pas été orientés vers les spécialistes en temps utile’’.

Pour remédier cela, ‘’nous avons un besoin d’améliorer les équipements de nos hôpitaux dans ces disciplines, organiser et optimiser le parcours de soins de manière à ce que les diagnostics et éventuels traitements urgents soient mis en place’’, plaide le Dr Bah.

De la création de la Grande garde de la Neurochirurgie avec le numéro 660 12 12 12, le Dr souligne que ‘’la mise à la disposition de tous les professionnels de santé, particuliers et syndicats des routiers, d’un numéro unique joignable 24h sur 24 pour requérir un avis neurochirurgical devant tout accidenté de la voie publique, tout coma brutal, ou toute agression ou blessure avec point d’impact crânien ou vertébral. Et cela, avant toute chirurgie réparatrice des os ou du ventre’’.

Du fonctionnement du système téléphonique, le conférencier a indiqué que l’interlocuteur bénéficiera à distance des conseils sur les premiers soins, des prescriptions et des indications en fonction de la situation, de la nécessité ou non, d’un transfert vers les structures hospitalières ou des soins neurochirurgicaux urgents lui seront dispensés. ‘’Ces soins seront apportés dans le strict cadre de la tarification du service médical publique’’.

La Guinée reste confrontée à de nombreux problèmes de santé publique relevant de la neurochirurgie, des victimes d’accidents de la voie publique, d’agressions domestiques ou de banditisme, de mouvements sociaux populaires ou de la tuberculose de la colonne vertébrale.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*