lundi , 17 décembre 2018

Gestion du fichier électoral : la CENI signe le contrat avec Gemalto, et après ?

Alors que l’opposition guinéenne continue de dénoncer ‘’l’opacité’’ du recrutement par la CENI de l’opérateur technique chargé de la gestion du fichier électoral, GEMALTO, jeudi, l’institution électorale et le groupe Gemalto ont officiellement signé à Conakry, le contrat de révision du fichier.

La cérémonie a eu lieu au département de l’économie et des finances. Le document a été paraphé par le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), Bakary Fofana pour l’autorité contractante, le ministre de l’Economie et des Finances et l’administrateur général des grands projets pour le compte de l’Etat, et M. Charles Mevaa, pour le compte du groupe GEMALTO.

‘’Je ne reviendrai pas sur les différentes étapes, mais je crois qu’il faut saluer cette initiative. Parce que cela montre toute la transparence qui rentre dans le processus de renforcement de l’Etat. (…) Je crois que les règles des marchés publics ont été respectées. Il faut se féliciter que cette commission ait travaillé nuit et jour pour nous permettre d’aboutir selon les règles de l’art, au recrutement de cet opérateur’’, a déclaré Bakary Fofana, président de la CENI.

Car pour lui, c’est un moment très important pour son institution d’aboutir à ce processus. Rappelant que c’est la première fois depuis que la CENI est installée en Guinée qu’un processus de signature d’un contrat recrutant un opérateur se passe au su et au vu de tout le monde.

Mohamed Diaré, ministre de l’Etat en charge de l’Economie et des Finances, est revenu sur le processus qui a abouti à la signature de ce contrat.

‘’Il fallait que toutes les parties se réunissent après ces négociations qui ont eu lieu suite à l’appel d’offres lancé. On sait que le processus a été transparent. La commission nous a fait une proposition d’un projet de contrat et nous avons jugé opportun de réunir tout le monde autour de la table comme on l’a fait pour des dossiers importants et urgents tels que tous les contrats du 56ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée. Les contrats ont été signés de la même façon. Donc, nous avons estimé qu’il fallait la présence de tous les acteurs pour faire une signature commune et c’est ce qui a été fait. Je pense que nous franchissons une nouvelle étape, celle de rendre beaucoup plus transparent le processus de passation des marchés publics. Parce que le contrat qui a été signé est un marché public’’, a-t-il expliqué.

Pour sa part, le vice-président Afrique Subsaharienne de Gemalto, Charles Mevaa, a souligné que son groupe mesure l’importance de ce projet et ses enjeux.

‘’Nous allons nous mettre au service de la Guinée à la fois, notre expertise et notre expérience acquises à travers nos projets similaires en Afrique, mais aussi ailleurs pour être au rendez-vous de la confiance qui nous a été accordée à travers cette signature de ce contrat’’, a-t-il assuré.

Ajoutant que dès à présent, ils se mettront au travail. Car, ‘’le temps presse, et nos équipes sont prêtes. Nous allons travailler tout de suite pour que nous soyons au rendez-vous de la confiance encore une fois qui vient de nous être accordée par la Guinée’’.

A en croire Charles Mevaa, le groupe Gemalto emploie plus de 13 000 salariés répartis dans le monde et qui est aujourd’hui ‘’leader de la sécurité numérique’’.

Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*