vendredi , 23 août 2019

Manifs de rue : l’opposition se décide aujourd’hui

L’opposition guinéenne mettra-t-elle en exécution ses menaces de reprendre les manifestations politiques ou va-t-elle accepter la nouvelle main tendue du gouvernement?

 

La réponse c’est dans quelques heures au QG  du chef de file de l’opposition guinéenne où une réunion des opposants est convoquée, selon une source proche du groupe jointe par téléphone.

 »Il sera question au cours de cette réunion, l’examen de la situation actuelle du pays », lâche-t-elle.

Parmi les points à l’ordre du jour apprend-on, la réponse de l’opposition au courrier du ministre de la justice relatif à la reprise du cadre de concertation sur les accords de juillet dernier.

 

 »La signature de relevé de conclusion issue du dialogue qui s’est tenu au mois de juillet dernier. Cette signature permettra la mise d’un comité de veille et de suivi de manière à ce que le processus électoral soit un peu plus transparent qu’il ne l’est aujourd’hui. Le pouvoir s’est opposé à la formalisation des  accords intervenus au terme de ce dialogue. Il se trouve aujourd’hui qu’on a un dialogue qui s’est achevé par un consensus total mais qui n’est pas appliqué parce que ce relevé de la conclusion a été bloqué au niveau de la présidence de la République », rappelait leur porte-parole, Aboubacar Sylla.

 

Fin novembre, l’opposition avait donné un ultimatum au pouvoir pour accéder à ses différentes revendications. Passé ce délai, elle promet de manifester jusqu’à la satisfaction totale de ses griefs.



La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ne sera pas en reste. Le collectif des partis de l’opposition exige une refonte  cette institution électorale.

 

 »Nous avons dit qu’il faut que cette CENI  soit réformée aussi pour qu’elle se conforme davantage à la loi. La loi qui la fonde en dehors de la constitution et du code électoral c’est la loi 016 portant organisation et fonctionnement de la CENI. Cette loi dispose clairement que la composition de la CENI doit être paritaire. C’est cette composition qui garantisse sa neutralité et son impartialité », argumente l’opposant Sylla.

 

Récemment, la CENI a choisi un opérateur technique Gemalto pour la révision du fichier électoral, et le gouvernement  veut financer entièrement les prochaines échéances électorales malgré un déficit budgétaire estimé à 250 milliards de francs guinéens.

 

La rencontre se tient au lendemain du retour d’une tournée en Europe du chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo. Sidya Touré, absent du pays, sera représenté par son bureau politique et les autres leaders des partis politiques.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*