vendredi , 13 décembre 2019

Lutte contre Ebola en Guinée : sale temps pour les autorités

Décidément certains guinéens ne supportent ‘’plus’’ le nom ‘’Ebola’’ dans leur zone. En témoignent les différentes protestations contre les constructions des centres de traitement et de transit Ebola à Ratoma et Matoto (Conakry), Forécariah et Kindia.

Jeudi dernier, une pose de la première pierre pour la construction d’un nouveau centre de traitement Ebola à Yimbaya dans la commune de Matoto (banlieue de Conakry)  a tourné au vinaigre. Les habitants de cette localité ont empêché les autorités de Conakry de tenir la cérémonie, craignant une expansion du virus mortelle dans leur quartier.

Ce centre, initialement prévu à Ratoma (une autre commune de la capitale), a été confronté aux mêmes réactions. C’est en ce moment que les autorités ont décidé de ramener la construction du  2ème  centre de Traitement Ebola à Yimbaya-Bougie.

La pose de la première pierre reportée sine die, les autorités régionales de Conakry, les ambassadeurs de la France et des Etats-Unis en Guinée, les agents de  la Croix rouge ont été hués chassés par les populations.

Le lendemain, vendredi 5 décembre à Kindia, le ministre d’Etat des Postes et Télécommunication et des Nouvelles technologies de communication en tournée de sensibilisation contre Ebola, a été chassé dans la sous-préfecture de Friguiagbé.

Dans cette sous-préfecture où le nombre de cas suspects est le plus élevé selon les statistiques des services sanitaires de kindia, Oyé Guilavogui à la tête d’une forte délégation a été empêché d’officier la cérémonie de pose de la première pierre pour la construction d’un centre de traitement contre la maladie à virus Ebola. Les citoyens de la localité se sont opposés à ce projet de construction en scandant des slogans hostiles à cette décision : ‘’fakha bankhi mou tima bé, en langue locale soussou’’ (un mouroir ne sera pas construit ici), disaient-ils.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, samedi 6 novembre, Mohamed Saïd Fofana, premier ministre été empêché de tenir un meeting de sensibilisation contre Ebola à Forécariah, d’où il est originaire.

Accompagné du ministre de la communication, M. Fofana était allé sensibiliser des citoyens sur Ebola, afin qu’ils acceptent la construction d’un centre de transit  dans cette zone.

Arrivé sur les lieux, le premier ministre a commencé à s’adresser à ‘’ses parents’’, mais ceux-ci sont restés intransigeants face à la construction d’un centre de transit Ebola (CDT). Des femmes ‘’ont tenu des propos hostiles’’, à la délégation gouvernementale.

‘’Les populations s’opposent à la construction d’un centre de traitement Ebola ici. Parce que, selon elles, si un centre est construit ici (Pamelap frontière avec la Sierra-Léone) alors qu’il n’y a pas de malades, ils en chercheront pour faire fonctionner le centre’’, a expliqué un citoyen, joint par téléphone.
Le même jour, à Boké, la tournée de sensibilisation du ministre des mines et de la géologie, Kerfalla Yansané a été boycottée par le préfet de la localité.
A qui le tour pour la prochaine étape ?

Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*